Les bains à tholos

Les bains de Taposiris appartiennent au type des bains collectifs à tholos.

La pratique collective du bain naît en Grèce, au Ve s. av. J.-C. : ailleurs, en Égypte ou au Proche-Orient, les ablutions appartiennent à la sphère du privé et de l’intime ; elles se pratiquent seul, dans des espaces aux dimensions réduites et souvent à l’abri des regards.

Restitution d'une cuve plate (© Th. Fournet, tiré de Fournet, Redon 2009, fig. 10)
Restitution d’une cuve plate (© Th. Fournet, tiré de Fournet, Redon 2009, fig. 10)

Les bains grecs, au contraire, privilégient la pratique collective : ils comprennent systématiquement deux espaces, l’un dédié à la toilette, l’autre à la détente. Le premier se développe dans une ou deux rotondes (tholos), agrémentées de cuves plates. Assis sur un siège, les baigneurs s’y décrassaient, frottaient et rinçaient.

L’espace dédié à la détente est généralement situé dans des salles quadrangulaires, équipées de bassins d’immersion individuels (baignoires) ou collectifs (piscines). Les piscines d’Italie du sud pouvaient accueillir une dizaine de baigneurs en même temps, tandis que les salles à baignoires du grand bain de Krokodilopolis, le plus grand d’Égypte, comptent dix baignoires d’immersion, pour cinquante-deux cuves plates. Les soixante-dix édifices de bains grecs découverts à ce jour en Méditerranée pouvaient accueillir une clientèle nombreuse et leur architecture en fait un espace social, collectif, où l’on rencontrait nécessairement l’autre, dans les tholoi, les salles à baignoires ou les piscines.

Les bains à tholos furent introduits en Égypte avec la conquête d’Alexandre et dès le IIIe s. av. J.-C., les papyrus montrent que ces établissements de bain (balaneia) se développent jusque dans les bourgs égyptiens et qu’ils sont rapidement fréquentés par une clientèle égyptienne. Ils sont donc à la fois un marqueur de la présence des Grecs dans la chôra, mais aussi de l’hellénisation de la société égyptienne.

Plusieurs sondages, effectués entre 2003 et 2011 dans les salles souterraines et dans les extensions sud des bains de Taposiris, ont montré que les fouilles de Breccia n’avaient pas touché l’ensemble de l’édifice : Breccia avait dégagé le cœur de l’établissement — une salle rectangulaire permettant à la clientèle de se préparer avant de se livrer au bain par affusion dans deux salles circulaires caractéristiques des bains de type hellénistique (tholoi) — et quelques pièces annexes, mais n’avait pas fouillé les pièces de service situées à l’ouest et en avant de la façade, et n’avait pas poussé son exploration plus au sud.

Salle 7 en cours de fouille (© MAFTP, 2009)
Salle 7 en cours de fouille (© MAFTP, 2009)

À l’extérieur, la fouille archéologique a dépassé nos espérances : une séquence stratigraphique complète est conservée de part et d’autre de la tranchée d’accès creusée par Breccia, sans perturbation moderne, sur plus de 4 m de profondeur. Par ailleurs, nos travaux ont permis de mettre au jour plusieurs espaces et pièces appartenant au bain, que Breccia n’avait pas fouillées.

Sur le plan chronologique, nous avons pu déterminer que l’édifice était construit avant le milieu du IIe s. av. J.-C., transformé (et pourvu d’un système de chauffage performant) dans le dernier quart du même siècle, avant d’être abandonné au tournant de l’époque hellénistique et romaine.

Grâce à nos travaux, il est également possible de retracer dans ses grandes lignes l’histoire de l’établissement (même s’il na pas été entièrement dégagé, en raison de la présence de maçonneries postérieures dans la partie est de nos travaux).

Le premier état du complexe correspond au modèle du bain grec traditionnel, avec un hall de distribution, deux tholoi et une probable salle munie de baignoires pour l’immersion.

Cet ensemble est par la suite modifié dans ses aménagements et ses circulations. Le bain est toujours équipé des trois salles principales du bain, mais de nouvelles pièces sont ajoutées au sud, en particulier des latrines et un couloir d’accès qui mène à un foyer souterrain. Il était sans doute surmonté d’une chaudière que l’on pouvait atteindre depuis le hall d’entrée. Par ailleurs, une paroi chauffante est construite entre le foyer et la salle à baignoires, œuvrant comme un véritable radiateur pour réchauffer l’atmosphère de cette pièce située en fin du parcours des baigneurs. Enfin, le circuit des baignoires est transformé, passant d’un circuit circulaire à un circuit rétrograde (l’accès à la tholos orientale, dont les cuves plates ont peut-être été démantelées, se faisant désormais via la tholos ouest).

Taposiris, reconstruction hypothétique du système de chauffage (© Th. Fournet, publié dans Fournet, Redon 2013, fig. 13)
Taposiris, reconstruction hypothétique du système de chauffage (© Th. Fournet, publié dans Fournet, Redon 2013, fig. 13)

Ces évolutions semblent répondre à l’évolution de la pratique du bain collectif et des techniques qui lui sont associées. En dépit des incertitudes qui subsistent, il est certain que, grâce à sa nature troglodyte qui obligeait les constructeurs à composer avec des états antérieurs irréversibles, notre édifice à gardé la trace de plusieurs siècles de transformations successives, illustrant l’évolution de la pratique du bain public en Égypte que l’on peut observer ailleurs en Égypte à Bouto, Athribis, ou encore Tell el-Herr.

Pour en savoir plus

Carnets de la mission française de Taposiris Magna et Plinthine (Maréotide, Égypte)