Une croix dans le sol de la cour des bains byzantins de Taposiris Magna

Taposiris Magna, sur la rive nord du lac Maréotis, a eu une existence très longue que les recherches antérieures situaient entre le IIIe s. av. J.-C.-et la fin du VIIe s. apr. J.-C. Les fouilles menées depuis 2009 par la Mission française de Taposiris Magna-Plinthine (dirigée par M.-Fr. Boussac, Université Paris Nanterre) ont confirmé l’ampleur de l’occupation de la ville durant la période byzantine ; surtout elles ont révélé qu’elle se poursuivait sous les califats omeyyado-abbassides.

Les travaux sur les thermes édifiés dans la ville moyenne dans le courant de la seconde moitié du Ve s. (fouilles conduites par M. El Amouri puis J. Le Bomin) démontrent la mise en place d’un nouveau programme architectural qui bouleverse entièrement le bâtiment vers le milieu du VIIe s., soit après 150 ans d’utilisation. Les études architecturales, conduites par Th. Fournet puis M. Vanpeene, et celles du mobilier, menées par J. Marchand, ont clairement mis en évidence le souhait des constructeurs de se conformer aux canons architecturaux des complexes balnéaires de Maréotide contemporains (système de double parcours rétrograde, baignoires individuelles, four de type high flame furnace, …)[1]. Ces études illustrent également certaines caractéristiques que l’on reconnait dans la structure des hammams.

Dalle en réemploi dans le sol de la cour des thermes de Taposiris Magna (© MFFTP)
Dalle en réemploi dans les thermes de Taposiris Magna (© MFFTP)

Deux dalles en marbre provenant du sol d’un caldarium et de celui de la cour à portique aux pieds d’une niche correspondent à des réemplois, nombreux dans le bâtiment. Elles sont sculptées d’une grande croix grecque pattée en relief.

Ces réemplois proviennent manifestement du démantèlement d’une église. Plusieurs édifices chrétiens sont connus à Taposiris Magna ou dans ses environs immédiats, notamment un monastère construit extra muros à l’ouest de la ville et une église établie dans l’enceinte du temple d’Osiris et incendiée au cours de l’époque byzantine (entre la fin du Ve et le début du VIIe s.). Une dernière église, signalée par P. Grossmann[2] et replacée sur le plan général par Th. Fournet, se tenait dans la partie ouest de la ville moyenne, non loin des thermes. Il s’agit du candidat le plus logique pour la provenance de nos dalles.

Le réemploi de deux dalles provenant d’un bâtiment chrétien ne peut être précisément daté, mais les études en cours montrent que les thermes ont continué à fonctionner lors de la transition byzantino-omeyyade. Si la date d’abandon du bâtiment n’est pas encore fixée précisément, les nombreuses rechapes d’enduits, de peinture, les marques d’usure sur les pas de porte, les concrétions des canalisations et le matériel provenant des couches de démolition indiquent qu’il a été encore en utilisation au moins quelques dizaines d’années après son dernier réaménagement, jusqu’à la fin du VIIe s., voire le milieu du VIIIe s.

Auteurs : Joachim Le Bomin (Archéologue, Doctorant université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8167 Orient & Méditerranée), Julie Marchand (Archéologue, céramologue, Docteur de l’université de Poitiers, Chercheur associé, HiSoMA, CNRS)


[1] Voir récemment Th. Fournet, B. Redon, « The Roman and Byzantine thermae in Mareotis area », dans B. Redon (éd.), Collective baths in Egypt 2. New discoveries and perspectives, EtUrb 10, 2017, p. 279-322 et le catalogue III du même ouvrage, qui recense l’ensemble des édifices thermaux romano-byzantins d’Égypte.

[2]  P. Grossmann, « Die Kirche extra muros von Taposiris Magna », MDAIK 38, 1982, p. 152-154.

 

Bilan des journées d’étude sur l’archéologie islamique en Égypte

Un bilan des journées d’étude sur l’archéologie islamique en Égypte qui se sont déroulées au Caire, à l’Ifao, du 2 au 4 mai dernier, a été publié par Marie-Odile Rousset, chargée de l’organisation de ces journées, sur le blog ArchéOrient.

Durant cette rencontre, Julie Marchand (post-doc HiSoMA) a présenté les travaux de la mission de Taposiris Magna sur le début de l’époque islamique, travaux dont elle est en charge, avec Joachim Le Bomin (université Paris 1).

Conférence sur les découvertes céramiques récentes à Taposiris – Agrigente, mai 2017

À l’occasion du colloque «Late Roman Coarse Ware, Cooking Ware and Amphorae in the Mediterranean, Archaeology and Archaeometry» (LRCW 6) qui se tiendra à Agrigente du 24 au 28 mai prochain, Joachim Le Bomin, Aude Simony et Julie Marchand présenteront une communication intitulée « Long and Middle distance trade in the Western Delta (Egypt)  during Late Antiquity: the Taposiris Magna and Kom Abu Billu examples ».

Un poster consacré aux récentes découvertes du site de Taposiris Magna, et notamment aux pots de saqiah, sera présenté par Joachim Le Bomin et Julie Marchand lors de la dernière session.

Plus d’informations sur le colloque et le programme ici.

Deux conférences sur Plinthine-Taposiris en mars

Colloque international Imperial Landscapes : Empires, Societies and Environments in the Ancient to Modern Nile Delta

Marie-Françoise Boussac et Bérangère Redon ont présenté une communication intitulée « “The Vine was Discovered First in Plinthine, a City of Egypt” (Hellanicus FR.155, APUD Athenaeus). Integration of a Marginal Territory into Egypt Through Wine Production ».

Le colloque s’est tenu les 23-24 mars 2017, à l’université de Toronto. Il était organisé par Katherine Blouin.
Page internet du colloque

Séminaire – L’Islam et ses marges

Dans le cadre du séminaire « l’Islam et ses marges » animé par Abbès Zouache (CNRS, CIHAM – UMR 5648), Marie-Françoise Boussac, Sylvain Dhennin et Bérangère Redon présenteront une communication sur Plinthine-Taposiris et la marge nord-occidentale de l’Egypte sur la longue durée.

Elle se tiendra le vendredi 31 mars 2017, de 9h à 12h, salle Elise Rivet, ISH, 14 avenue Berthelot, Lyon 7e.

Pour plus d’informations, voir le site internet du CIHAM

Deux articles sur la céramique de Plinthine et Taposiris

Deux articles portant sur la céramique de Plinthine et Taposiris ont paru dans le dernier numéro du Bulletin de liaison de la céramique égyptienne :

Les découvertes de Plinthine en Une du site de l’IFAO

Un  bloc de grès inscrit au nom d’Amon-Rê, mis au jour à Plinthine lors de la dernière campagne de fouille, est illustré sur le site de l’IFAO, dans la rubrique « Une image, un commentaire ».

Le bloc de grès, fragmentaire, porte un texte hiéroglyphique gravé dans le creux portant un texte d’offrande : « Une offrande faite par le roi à Amon-Rê roi des dieux […] ». Il a été découvert en avril 2016 remployé dans le caisson de fondation d’un bâtiment monumental gréco-romain mis au jour au centre du kôm (secteur 7).

Bloc de grès inscrit au nom d’Amon-Rê (PO 245). Cliché © G. Pollin, Ifao
Bloc de grès inscrit au nom d’Amon-Rê (PO 245). Cliché © G. Pollin, Ifao

Trouvé avec d’autres blocs inscrits ou décorés ayant vraisemblablement appartenu au même bâtiment d’origine, il date de l’époque ramesside, selon les critères stylistiques de l’ensemble des blocs trouvés. Ces documents viennent s’ajouter à plusieurs trouvailles remontant au Nouvel Empire (anse timbrée au cartouche de Mérytaton, stèle de Séthi II), effectuées lors de la prospection de surface du site ou en remploi dans des maçonneries plus tardives. Ils indiquent une occupation du site dès le Nouvel Empire, dont on ne connaît pas encore l’extension, mais qui semble importante si l’on considère la répartition et le type des découvertes. Les fouilles des prochaines années devraient permettre de cerner mieux la nature de l’occupation ancienne du site, puisque les premiers niveaux de la fin de l’époque ramesside en place ont été atteints à la fin de la campagne 2016, dans le secteur 7.

Marie-Françoise Boussac, professeur à l’université de Paris Ouest-Nanterre, directrice de la MFTMP, Sylvain Dhennin, chargé de recherche au CNRS (UMR 5189, HiSoMA), co-responsable de la fouille du secteur 7 avec Claire Somaglino (Maître de conférences Paris Sorbonne).

Lire également l’article du BIFAO 115 : Plinthine et la Maréotide pharaonique.

Nouvelle parution : « Plinthine et la Maréotide pharaonique »

plinthine_gourdemfftp
Gourde du Nouvel An trouvée au kôm el-Nogous/Plinthine (© MFFTP)

Les récentes découvertes faites par l’équipe archéologique à Plinthine (Kôm el-Nogous) ont été présentées dans le dernier Bulletin de l’Institut Français d’Archéologie Orientale :

Boussac (M. -Fr.), Dhennin (S.), Redon (B.) (avec une annexe céramologique de Z. Barahona-Medieta), « Plinthine et la Maréotide pharaonique », BIFAO 115, 2015, p . 15-35 (téléchargez les premières pages en ligne en cliquant sur le titre).

Résumé :

La Mission française de Taposiris Magna fouille, depuis 2012, le site voisin de Kôm el-Nogous, identifié à la Plinthine des Grecs.

Fragment de stèle de Séthy II trouvé au kôm el-Nogous/Plinthine (© MFFTP)
Fragment de stèle de Séthy II trouvé au kôm el-Nogous/Plinthine (© MFFTP)

Les découvertes faites dans le kôm et dans la ville ptolémaïque qui se développe en contrebas au sud, ainsi que dans les champs modernes situés à l’ouest, indiquent que le site est occupé depuis au moins la XVIIIe dynastie et que l’occupation est particulièrement intensive à l’époque saïte. Elles permettent pour la première fois de lier époques pharaonique et hellénistique en Maréotide et soulignent l’importance de la frange côtière occidentale de l’Égypte dès l’époque pharaonique. Nous publions dans cet article un fragment de stèle de Séthy II et une anse d’amphore à vin au nom de Merytaton, étudions la toponymie de la région à l’époque pharaonique et donnons quelques hypothèses sur la fonction du site aux époques amarnienne et ramesside.

Mots-clés : Plinthine, Maréotide, frontière, Nouvel Empire, XVIIIe dynastie, époque ramesside, époque saïte, toponymie, Merytaton, Séthy II.

 

 

Colloques, Conférences, Séminaires à venir oct. 2016-mars 2017

  • 13 oct. 2016 : présentation de M. -Fr. Boussac, S. Dhennin et B. Redon au séminaire d’archéologie de F. Prost (Paris 1) sur « Les Grecs en Maréotide à l’époque saïte » à Paris (Institut National d’Histoire de l’Art)
  • 13-14 octobre 2016 : S. Dhennin et  A. Zouache, « Les frontières de l’Égypte de l’antiquité à l’époque ottomane. État des lieux et nouvelles recherches »,  De la Méditerranée à la Baltique. Marges, frontières et échanges, colloque  organisé par les Assises franco-polonaises d’histoire à Lyon.
  • 29-30 octobre 2016 : M. Pesenti et R. Saleh, « Un contexte domestique ( ?) d’époque saïte à Plinthine », Contextes et mobiliers, Journées d’étude organisée par P. Ballet au Caire (Institut Français d’Archéologie Orientale).
  • Les 23-24 mars 2017, M.-Fr. Boussac, S. Dhennin et B. Redon participeront à la conférence Imperial Landscapes organisée par K. Blouin à l’université de Toronto.

Thermes byzantins de Taposiris : découvertes de la campagne 2016

Par Joachim Le Bomin, archéologue, Université Paris 1 ; Julie Marchand, céramologue, Université de Poitiers ; Matthieu Vanpeene, architecte diplômé d’État, sous la direction de M.-Fr. Boussac, Université de Paris Ouest-Nanterre

High-flame furnace des thermes de Taposiris (© MAFTP 2016)
High-flame furnace des thermes de Taposiris (© MAFTP 2016)

Les thermes byzantins de la ville basse de Taposiris (fin Ve-milieu du VIIe siècle) présentent les mêmes caractéristiques qu’un ensemble de bains contemporains en Maréotide : grande cour desservant deux parcours balnéaires rétrogrades notamment (voir pour la typologie Fournet, Redon à paraître). La campagne 2016 s’est concentrée sur les parties techniques : high flame furnace (1) chauffant deux chaudrons et alimentant une série d’hypocaustes très bien conservés.
Une nouvelle salle chaude (2) a été complètement dégagée, une seconde (3) partiellement. De même trois baignoires à pavement de marbre ont été mises au jour, portant pour l’instant leur nombre à cinq.

Plan normé des thermes de Taposiris (© M. Vanpeene, MAFTP 2016)

Fragment d'enduit peint trouvé dans les thermes de Taposiris (© MAFTP, 2016)
Fragment d’enduit peint  (© MAFTP 2016)
Cive trouvé dans les thermes de Taposiris (© MAFTP 2016)
Cive (© MAFTP 2016)

De nombreux remaniements ont été observés, dont le dernier est daté par l’étude céramologique vers le milieu du VIIe s. ap. J.-C. Par ailleurs des éléments de décor peint (enduits à motifs figurés, dont une tête féminine de face) et de nombreux fragments de cives (oculi) ont été collectés. L’étude céramique a révélé la présence de très nombreux pots d’une sâqiya que la fouille 2017 s’efforcera de retrouver.

Pour en savoir plus :
  • J. Le Bomin, « La céramique d’un dépotoir de la fin du VIe et du début du VIIe de n.è. sur les thermes byzantins (Secteur 13) de Taposiris Magna (Maréotide) », BCE 2016 (à paraître).
  • Th. Fournet, B. Redon, « The Roman and Byzantine thermae in Mareotis area », dans B. Redon (éd.), Current Research on Baths in Egypt: New Archaeological Discoveries, Presses de l’IFAO, Le Caire (à paraître).

By Joachim Le Bomin, archaeologist, Paris 1 University; Julie Marchand, ceramologist, Poitiers University; Matthieu Vanpeene, architect, under the direction of M.-Fr. Boussac, Paris Ouest-Nanterre University

High-flame furnace des thermes de Taposiris (© MAFTP 2016)
High-flame furnace of the Taposiris thermae (© MAFTP 2016)

The Byzantine baths of the lower town of Taposiris (late 6th-mid 7th) have the same characteristics as a series of contemporary baths in Mareotis: large courtyard serving two retrograde itineraries for instance (see for typology Fournet, Redon forthcoming). The 2016 campaign focused on technical parts: high flame furnace (1) heating two cauldrons and serving a well preserved series of hypocausts.
A new heated room (2) has been entirely excavated, and a second one (3) partially so. Three new marble floor bathtubs have been identified, bringing up their number to 5 for the moment.

BLOG_Plan

Fragment d'enduit peint trouvé dans les thermes de Taposiris (© MAFTP, 2016)
Fragment of wall painting (© MAFTP 2016)
Cive trouvé dans les thermes de Taposiris (© MAFTP 2016)
Window glass (© MAFTP 2016)

Many transformations were observed, the last one was dated c. the middle of 7th century AD by the pottery study. Furthermore painted decorative elements (painted stuccoes with figurative motifs, including a female head, front) and numerous fragments of circular glass windows (oculi) were collected. The pottery study revealed the presence of many fragments of pots used for a saqiya that we plan to find in 2017.

For further reading :

  • J. Le Bomin, « La céramique d’un dépotoir de la fin du VIe et du début du VIIe de n.è. sur les thermes byzantins (Secteur 13) de Taposiris Magna (Maréotide) », BCE 2016 (forthcoming).
  • Th. Fournet, B. Redon, « The Roman and Byzantine thermae in Mareotis area », dans B. Redon (éd.), Current Research on Baths in Egypt: New Archaeological Discoveries, IFAO press, Cairo (forthcoming).

 

Taposiris Magna-Plinthine

Nous sommes heureux de publier ici le premier billet du carnet de la Mission archéologique française de Taposiris-Plinthine (Maréotide, Égypte).

We are pleased to publish here the first post of the French archaeological mission of Taposiris-Magna (Mareotis, Egypt).

Le carnet Taposiris Magna-Plinthine vise à présenter les problématiques et les travaux en cours de la mission française de Taposiris Magna et Plinthine, pour partager et mettre en valeur ses recherches sur deux sites antiques localisés dans l’arrière-pays d’Alexandrie, la Maréotide (Égypte).

Situées à 45 km à l’ouest d’Alexandrie, Taposiris Magna et Plinthine sont implantées sur la rive nord du lac Maréotis (mod. Mariout). Elles tournent le dos à la mer Méditerranée et se développent sur la crête rocheuse, la Taenia des auteurs antiques, jusqu’aux rives du lac. Leur abandon sans réoccupation, au cours de l’époque romaine (Plinthine) ou à la fin de l’Antiquité (Taposiris), a assuré la bonne préservation de leurs vestiges. Ces deux villes abritent des monuments souvent remarquables qui ont été décrits et illustrés par les rares expéditions qui ont suivi cette côte au XIXe siècle.

Éclipsées par la gloire d’Alexandrie, elles n’avaient pourtant pas reçu l’attention qu’elles méritaient. Depuis 1998, la mission française dirigée par Marie-Françoise Boussac explore les deux sites, avec le soutien principal du Ministère des Affaires étrangères et de l’Institut français d’archéologie orientale, et en collaboration avec le Ministère égyptien des Antiquités.

La mission a entamé ses travaux par l’étude de l’urbanisme des deux sites ; elle s’est concentrée sur le port et la ville haute de Taposiris, ainsi que sur la nécropole hellénistique de Plinthine. Depuis 2012, une nouvelle phase s’est ouverte, avec l’exploration de la ville et du kôm de Plinthine. Elle a permis de mettre au jour des vestiges datés de l’époque pharaonique (Nouvel Empire et époque saïte) qui permettent d’examiner sous un nouveau jour l’histoire pharaonique de la Maréotide, avant que cette région ne devienne l’arrière-pays fertile de la nouvelle capitale de l’Égypte, Alexandrie, fondée par Alexandre au bord de la Méditerranée. A Taposiris, les recherches s’orientent vers l’époque byzantine, durant laquelle la ville connaît un regain d’activité et de construction, peut-être grâce à la position de la ville sur l’une des routes menant au site monastique d’Abou Mina.

The Taposiris Magna-Plinthine blog aims to present the objectives and ongoing works of the French mission of Taposiris Magna and Plinthine, to share and highlight its researches on two ancient sites located in the hinterland of Alexandria, called Mareotis (Egypt).

Located 45 km west of Alexandria, Taposiris Magna and Plinthine are situated on the north shore of Lake Mareotis (mod. Mariut). They turn their backs on the Mediterranean sea and stand on the rocky ridge, called Taenia by ancient authors, down to the lakeshore. Their total abandon, with no reoccupation, during the Roman period (Plinthine) or at the end of antiquity (Taposiris), assured the good preservation of their remains. Both cities host – often remarkable – monuments that have been described and illustrated by the rare expeditions that followed the coast in the nineteenth century.

Eclipsed by the glory of Alexandria, they do not yet received the attention they deserved. Since 1998, the French mission explores both sites, with the main support of the Ministry of Foreign Affairs and the French Institute of Oriental Archaeology, in collaboration with the Egyptian Ministry of Antiquities.

The mission began its work by studying urban planning at both sites; it focused on the harbour and the upper town of Taposiris and the Hellenistic necropolis of Plinthine. Since 2012, a new phase began with the exploration of the city and kom of Plinthine. Remains dated from the Pharaonic era (New Kingdom and Saitic period) were uncovered that shed new light on the Pharaonic history of Mareotis before it became the fertile hinterland  of the new capital of Egypt, Alexandria, founded by Alexander on the shores of the Mediterranean. At Taposiris, our researches are focused on the Byzantine era, when the city is experiencing a resurgence of activity and construction, perhaps thanks to its position on one of the roads leading to the monastic site of Abu Mina.

 

Carnets de la mission française de Taposiris Magna et Plinthine (Maréotide, Égypte)