La nécropole des animaux momifiés

Le « petit temple »

En contrebas du temple d’Osiris, à quelques mètres des bains à tholoi et du côté oriental de la voie menant à la ville basse, se situe un complexe à vocation clairement religieuse. Exploré dès 1905 par Ev. Breccia, comme le reste de cette partie de la terrasse rocheuse, il comporte plusieurs structures souterraines organisées en plusieurs niveaux. Vers le nord, à proximité du temple, se trouve une structure comportant une salle souterraine, que Breccia dénomme « petit temple ».

Taposiris zone de la “chapelle” – Photo d’archive Breccia

La fonction de cet édifice est encore inconnue, elle relevait probablement du domaine religieux. Une pièce principale oblongue donne accès au nord à une structure dont l’architecture devait être dorique et qui comporte une niche principale. De chaque côté, de petites niches quadrangulaires sont simplement creusées dans le rocher. Elles sont au nombre de trois sur la paroi ouest et au nombre de deux à l’opposé. La troisième, la plus au nord, a été remplacée ou agrandie pour creuser une salle souterraine, dont la fonction reste également à définir. D’après les documents d’Ev. Breccia, deux bancs en pierre étaient aménagés le long des parois de cette pièce, en dessous des niches. L’état actuel du bâtiment, presque complètement remblayé ne permet pas d’observer ces bancs, pas plus que l’ensemble de la partie inférieure de celui-ci. La reprise de l’étude de cette structure et de ses abords, ainsi que sa mise en valeur est l’un des buts du réexamen de la « terrasse Breccia ».

Il est possible, comme l’a suggéré Breccia, que ce bâtiment soit en lien avec la « nécropole aux animaux sacrés » située à quelques mètres au sud-ouest, mais seules les opérations prévues de dégagement de ce secteur et de la zone le séparant de la nécropole permettront de le préciser éventuellement.</p> <h2>La « nécropole aux animaux sacrés »

C’est sur cette partie du secteur 5 que se sont concentrés les travaux de la mission française jusqu’à présent. La structure dénommée depuis Ev. Breccia « cimetière des animaux sacrés » (en fait un dépôt d’animaux multiples) est, à l’instar des bains ou du « petit temple », constituée d’un ensemble de pièces à la fois souterraines et en surface. L’accès se faisait dans un premier état par un puits creusé dans le rocher. Ce puits, dont la tranchée de fondation a été datée de l’époque hellénistique par le matériel céramique, ouvrait sur une pièce unique, taillée entièrement dans la roche. Rien n’indique pour l’instant la fonction de cet ensemble puits et pièce correspondant au premier état de l’édifice, nous ne savons pas s’il s’agissait déjà d’un dépôt de momies animales. Par la suite, la première salle intérieure est agrandie et l’on y ajoute quatre autres pièces, trois à l’est et une à l’ouest. C’est dans ces pièces que les animaux étaient déposés après leur momification.

L’observation des différentes parois a montré la prévision d’autres agrandissements de la architecture intérieure, jamais réalisés. Correspondant à cette phase d’agrandissement, et toujours à l’époque hellénistique, l’accès aux salles souterraines est modifié. On ajoute un escalier couvert, faisant un coude et débouchant sur la face est du puits, creusée pour l’occasion.

L’ensemble des pièces souterraines est recouvert en surface d’un kôm qui ne semble pas avoir été perturbé depuis l’Antiquité. Les traces de plusieurs murs ont été observées et leur évaluation plus précise permettra peut-être de connaître les dernières phases de l’utilisation du dépôt.

Axionométrie de la nécropole des animaux momifiés de Taposiris (© MFFTP, Th. Fournet, Ifpo)

Concernant les bâtiments extérieurs, aux abords de l’accès à la nécropole, l’ouverture d’un sondage dans l’angle nord-est de l’escalier a permis de mettre au jour les traces d’états anciens, dont la fouille n’est pas encore achevée. De même, le nettoyage de surface et le relevé en plan de la zone effectuée en 2003 avaient montré la présence de différentes structures non identifiées encore et qui seront étudiées lors des prochaines campagnes de la mission. Ainsi, les restes d’un massif rectangulaire en calcaire correspondent peut-être à un aménagement du type autel à cornes, fréquente aux abords des dépôts de momies animales. Parmi les autres éléments repérés, des traces de la voie reliant l’accès sud du temple à la Ville Basse avaient été observées par Ev. Breccia. L’extension de la fouille en direction de cette rue permettra de relier la « nécropole » à l’ensemble du quartier et d’en évaluer les modes d’accès et de circulation.

Les autres structures

De nombreuses autres structures apparaissent encore aujourd’hui à différents endroits de la partie orientale de la terrasse, entre le « petit temple » et la « nécropole aux animaux sacrés ». Ainsi, une petite construction rectangulaire, identifiée comme un bassin, est peut-être l’un des vestiges de l’occupation byzantine de cette zone (d’après l’observation de la céramique de surface). Une photographie publiée par Ev. Breccia dans Alexandrea ad Aegyptum montre que les dégagements effectués à cet endroit furent importants mais n’est pas suffisante pour en caractériser la fonction. La quantité actuelle de remblai va nécessiter un réel aménagement de cette partie du secteur, avant de pouvoir en reprendre l’étude.

D’autres bâtiments sont présents, plus à l’est. Certains ont été étudiés par Ev. Breccia. C’est le cas notamment de la « maison aux colonnes cordiformes », maison en partie elle aussi troglodyte et dont le péristyle était orné de colonnes en forme de cœur. Il est probable également que plusieurs édifices soient situés dans la partie sud du secteur, mais ils sont aujourd’hui sous les déblais des fouilles du début du XXe siècle. L’observation de murs s’enfonçant sous ces derniers ne laisse que peu de doutes, mais leur évaluation est repoussée à plus tard pour des questions pratiques de gestion des déblais anciens.

Pour en savoir plus

  • S. Dhennin, « An Egyptian animal necropolis in a Greek town », Egyptian Archaeology 33, Autumn 2008, p. 12-14.

 

Carnets de la mission française de Taposiris Magna et Plinthine (Maréotide, Égypte)