La ville haute

Le “quartier Breccia” est la dénomination moderne que nous avons donnée à la terrasse située en contrebas du temple dédié à Osiris en hommage à Evaristo Breccia.

Sa localisation à flanc de rocher avait attiré le savant italien., alors directeur du musée gréco-romain d’Alexandrie, qui l’a partiellement explorée en 1905-1906 ; il a notamment dégagé des bains à tholoi, une « nécropole d’animaux sacrés », une « chapelle » et une habitation luxueuse, qui ont fait l’objet d’une publication rapide en 1914. Le tout a disparu sous les remblais dans les années 1940.

Taposiris zone de la "chapelle" - Photo d'archive Breccia
Taposiris zone de la “chapelle” – Photo d’archive Breccia

En 2002, près d’un siècle après les travaux du savant italien, la Mission archéologique française de Taposiris-Plinthine a étendu ses prospections à la ville haute, dans le secteur du temple d’Osiris. À cette occasion furent redécouverts deux monuments taillés dans le rocher, les bains à double rotonde et la nécropole d’animaux sacrés, qui firent l’objet d’une première campagne de fouille en 2003. Ces deux monuments s’intègrent dans un quartier très dense, organisé de part et d’autre d’une voie nord-sud qui relie la ville au temple d’Osiris. Les deux autres ensembles mis au jour par Breccia en son temps, une « chapelle » organisée sur trois niveaux et une belle maison à péristyle, confirment l’intérêt architectural du quartier. La forte pente du terrain naturel, en particulier un front de rocher apparent, explique l’organisation des vestiges dans ce secteur de la ville : des murs de terrasse permettent l’aménagement de salles disposées en escalier et l’installation de salles souterraines creusées dans la calcarénite. Cette disposition explique également le formidable niveau de conservation des vestiges dégagés, protégés de l’érosion par la ruine des parties hautes : les salles souterraines et les structures disposées en avant du front de rocher sont conservées intactes sous les remblais.

Dès lors, l’excellent état de conservation associé à la nature des monuments et à la situation privilégiée du quartier dans la ville explique son intérêt exceptionnel. La juxtaposition de vestiges caractéristiques d’une culture grecque, les bains à tholoi, la maison à péristyle, et de constructions directement issues d’une tradition égyptienne (nécropole aux momies d’animaux, temple d’Osiris) font de ce “quartier Breccia” un secteur exceptionnel.

Nos travaux sur la terrasse Breccia ont pris place entre 2003 et 2011 et ont concerné les bains hellénistiques et la nécropoles d’animaux momifiés. Il s’agissait d’en entreprendre l’étude dans une optique à la fois culturelle et religieuse pour analyser les pratiques sociales à l’époque hellénistique dans une ville gréco-égyptienne, sur cette terrasse où la cohabitation des structures est révélatrice de phénomènes d’interactions culturelles réciproques.

Carnets de la mission française de Taposiris Magna et Plinthine (Maréotide, Égypte)