Les thermes

Insérés au cœur de la ville et situés à 20 mètres à l’ouest d’une grande voie dallée nord-sud reliant le temple d’Osiris (transformé en forteresse à l’époque romaine puis en église) au chenal artificiel, les thermes sont construits après le milieu du Ve s. ap. J.-C. et abandonnés 150 à 200 ans plus tard, vers le milieu du VIIe siècle. Ils s’organisent selon un axe est-ouest et occupent une superficie d’environ 500 m².
fig.1
Plan de la ville de Taposiris (© MFFTM, Th. Fournet avec des compléments de M. Vanpeene)
Des thermes typiques de Maréotide
Dans sa dernière phase, datée du deuxième quart du VIIe s. (d’après le mobilier céramique découvert pris dans la maçonnerie d’un muret d’hypocauste), le complexe thermal s’organise selon un plan à double circuit rétrograde qui se généralise à la même époque dans tous les établissements balnéaires de Maréotide.
fig.2
Vue générale des thermes de Taposiris (© MFFTM, J. Le Bomin)
Accessibles depuis une cour intérieure de près de 400 m², les deux parcours asymétriques et séparés l’un de l’autre se distinguent par leurs dimensions. L’un, au sud, est formé d’un frigidarium muni de quatre piliers centraux, et de deux petits caldaria successifs de surface inférieure à 10 m². L’autre, au nord, est constitué de deux caldaria également, plus vastes (19 m² pour le premier), accessibles après la traversée d’un tepidarium.
Dans les dernières pièces chaudes de chaque circuit, les baigneurs pouvaient accéder à deux baignoires individuelles dans lesquelles ils pouvaient se tenir debout, appuyés contre une margelle. Les baignoires sont pavées de marbre bleuté et décorées d’un enduit peint en rouge carmin. Deux autres baignoires individuelles équipent également le frigidarium.
fig.5
Vue du foyer central des thermes de Taposiris (© MFFTM, J. Le Bomin)
Les salles chaudes étaient chauffées à partir d’un praefurnium commun aux deux parcours. À l’image des autres édifices thermaux de la région, les thermes de Taposiris comportent un four de type high flame furnace supportant deux chaudrons. Les pièces étaient réchauffées par des hypocaustes à conduits voûtés en briques caractéristiques des édifices thermaux de Maréotide qui aboutissent à des colonnes chauffantes dans les murs.
Cette dernière phase est le résultat de nombreux remaniements qui, pour les plus importants, ont affecté toute la moitié occidentale du complexe. C’est lors de cette période que le circuit des baigneurs est dédoublé (permettant ainsi sans doute une partition hommes/femmes au sein de l’édifice) et que le praefurnium est ajouté. L’édifice précédent comprend au moins une salle à abside partiellement conservée.
fig.3
Plan des thermes de Taposiris, représenté selon les normes graphiques Balnéorient (© MFFTM, M. Vanpeene)
Les décors
Il est possible de se représenter la décoration d’une partie des pièces des thermes car certains éléments du décor sont encore en place ou se sont effondrés in situ. Dans plusieurs salles, les enduits peints, plusieurs fois rechapés, sont encore présents à la base des murs. Ils sont tous composés d’une bande inférieure rouge de 40 cm de hauteur surmontée d’un panneau blanc sur lequel devaient être peintes des images figurées et/ou géométriques. Plusieurs fragments ont d’ailleurs été découverts dans les niveaux de démolition, dont deux visages féminins caractéristiques des fresques byzantines.

fig.6fig.7

Certaines portions de sols dallés (soit de grès soit de marbre bleu) sont également conservées. Outre les sols, les margelles des baignoires portent encore quelques fragments de plaquettes de marbre rose et bleu. De nombreux fragments de cives (comme dans les bains de Maréa, situés sur la rive opposée du lac Maréotis) et des blocs de voûtes ont également été mis au jour dans les niveaux de démolition des thermes ; ils permettent de restituer un éclairage via des oculi ménagés dans les plafonds des pièces balnéaires.

Equipe

Les thermes de Taposiris sont explorés par la MAFTP depuis 2009. Les opérations de terrain ont tout d’abord été conduites par M. El-Amouri, et Th. Fournet en a complété les relevés. Depuis 2015, ils sont étudiés et fouillés par J. Le Bomin et  M. Vanpeene ; l’étude du mobilier est réalisé par J. Marchand, avec J. Le Bomin.

Pour en savoir plus

  • Th. Fournet, « Thermes impériaux et monumentaux de Syrie du Sud et du Proche-Orient », Cahiers de la villa Kérylos 23, 2012, p. 185-246.
  • Th. Fournet, B. Redon, « The Roman and Byzantine thermae in Mareotis area», dans B. Redon (éd.), Current Research on Baths in Egypt: New Archaeological Discoveries, Le Caire, Presses de l’Ifao (à paraître).
  • J. Le Bomin, « La céramique d’un dépotoir de la fin du VIe et du début du VIIe s. de n.è. sur les thermes byzantins (Secteur 13) de Taposiris Magna (Maréotide) », BCE 2016, p. 39-71.
  • J. Marchand, « Un barillet d’Assouan à Taposiris Magna », CCE 2017 (à paraître).

 

Carnets de la mission française de Taposiris Magna et Plinthine (Maréotide, Égypte)