Le bassin-chenal et la levée sud

Le système portuaire lacustre et fermé de Taposiris est une création artificielle d’époque impériale.

Il est formé d’un vaste bassin-chenal de 80 000 m2 dont le creusement a permis la formation d’une jetée, au sud, à partir des remblais provenant du creusement du chenal. Ils ont recouvert les ruines d’un quartier hellénistique inondé et abandonné.

Plan du port fermé de Taposiris (tiré de Boussac, El Amouri 2010, fig. 4)

Le creusement du chenal s’est fait successivement dans les couches suivantes :

  • niveau de curage du chenal (première couche très organique provenant de la stagnation des eaux de l’inondation) ;
  • niveau de l’inondation / abandon du quartier hellénistique ;
  • niveau hellénistique (zone urbaine assez dense) ;
  • sous-sol subaquatique stérile.
Vue de la fouille du secteur 3 de Taposiris, secteur du chenal (© MFFTP, M.-Ch. Petitpa)

Cette séquence stratigraphique se retrouve inversée dans la composition de la levée, mise en œuvre à partir des terres issues du creusement. À l’extrémité ouest de la levée (secteur 4), nous avons pu étudier en détail les étapes de la mise en place du chenal (contemporaine de la construction du pont) tandis que dans le secteur 1 les traces de quatre curages successifs prouvent son entretien régulier.

Maquette du pont de Taposiris (© Th. Fournet, MAFTP)
Maquette du pont de Taposiris (© Th. Fournet, MAFTP)

La jetée est longue de près de 1600 m pour une largeur atteignant 50 m aux endroits où sa pente est la plus faible. Elle ferme le bassin-chenal au sud. A l’ouest, l’accès au bassin-chenal est gardé par un pont, dont on pu proposer une reconstitution.

Ces grands travaux – curage/creusement du chenal, élévation de la levée et construction d’un pont de contrôle et de circulation entre le port et la ville – ont  été réalisés à la faveur d’un seul grand programme de travaux publics pour la transformation de la ville basse de Taposiris Magna en grand centre portuaire lacustre à l’ouest d’Alexandrie. Dans l’état actuel de nos recherches, ils semblent dater du IIe s.

Pour en savoir plus

  • M.-Fr. Boussac, M. El-Amouri, « The lake structures at Taposiris », dans Lucy Blue and E. Khalil (éd.), Lake Mareotis Conference: reconstructing the past, Universities of Southampton and Alexandria (5th-6th April 2008), BAR IntS 2113, 2010, p. 87-105.
  • M.-Fr. Boussac, « Taposiris Magna : la création du port fermé », dans Fr. Dumasy, Fr. Queyrel (éd.), Archéologie et environnement dans la Méditerranée antique, 2009, p. 123-142.

Carnets de la mission française de Taposiris Magna et Plinthine (Maréotide, Égypte)