La jetée orientale

La jetée orientale (accès oriental du bassin portuaire) se situe approximativement à 1700 m à l’est du pont (accès occidental du bassin) situé en contrebas du temple de Taposiris.

Jetée de Taposiris (© MFFTP, M. El-Amouri)

Forme et dimension

Orientée Nord-Sud, elle a une longueur totale de 230 m pour une largeur variable de 5 à 5,5 m. Elle finit sa course dans le lac et il est possible de la suivre encore sur au moins 20 m sous l’eau. Plus au sud la végétation subaquatique empêche une bonne lecture de la continuité ou pas de la jetée. Entre la pointe est de la levée sud et la pointe sud de la jetée est, une ouverture large de 100 m permet d’accéder au bassin portuaire.

La jetée est bâtie en pierres taillées de forme et de dimension régulières. Nous avons pu remarquer une différence de traitement entre le parement est, orienté vers le large et le parement ouest, tourné vers l’intérieur du bassin qui montre bien que la jetée forme un rempart contre les eaux ouvertes du lac qui se trouvent à l’est. En effet, à l’ouest, l’eau présente dans le bassin est plus calme et la mise en œuvre de la jetée ne nécessite pas autant de précautions.

La chasse d’eau nord

Chasse d’eau de la jetée de Taposiris (© MFFTP, M. El-Amouri)

Une chasse d’eau est une ouverture aménagée dans une digue ou une jetée afin de permettre la circulation de l’eau et son renouvellement constant dans un bassin portuaire. Elle réduit ainsi d’une part le croupissement de l’eau et d’autre part le colmatage sédimentaire à l’intérieur d’un bassin. La jetée orientale de Taposiris en possède au moins deux. La face orientale de la chasse d’eau nord est bâtie en arc de cercle de part et d’autre de l’ouverture sur le lac, de manière à ce que celle-ci ne soit pas perpendiculaire à la jetée. En revanche son orientation doit correspondre aux vents et courants dominants sur le lac durant l’Antiquité. En effet, la direction et la forme en entonnoir de la chasse d’eau est vouée à faire pénétrer un maximum d’eau du lac dans le bassin afin d’en assurer la propreté.

Des fermetures amovibles, certainement des vannes en bois, associées à un système de double encoche et de saignées creusées dans les éléments architecturaux constituant la chasse d’eau furent mises en œuvre pour empêcher l’entrée de sédiments dans le bassin portuaire. Elles empêchent de manière sûre le colmatage sédimentaire du bassin et permettent la circulation d’eau lorsqu’elles sont ouvertes. Ce système indique-t-il des saisons à forte sédimentation ? Ces saisons sont-elles liées à la crue du Nil ?

Un système de vivier alimenté par un canal d’adduction ?

Un second sondage a été réalisé sur un aménagement bâti qui lui aussi traverse la jetée sur toute sa largeur. Il s’agit d’un canal de 70 cm de large et de 85 cm de profondeur. Il est composé d’un petit bassin de décantation, d’un aménagement en ressaut et de trois systèmes de fermeture par encoches creusées symétriquement dans les blocs en élévation. Seul l’un de ces systèmes d’encoches présente une saignée correspondante, creusée au fond d’un des blocs du dallage. Ce bloc est le premier du dallage et assure aussi la fonction de barrage des sédiments accumulés dans le petit bassin de décantation. Ce canal d’adduction dont la fermeture pouvait être assurée elle aussi par une vanne en bois, conduit ensuite à une grande structure en forme d’entonnoir ou de nasse. La fouille de cette structure nous a permis de remarquer que son fond était entièrement dallé et à un niveau plus bas que celui du canal. Cette nasse est ensuit reliée par son extrémité rétrécie à une grande structure carrée. L’ensemble rappelle un système de vivier alimenté en eau douce provenant de l’extérieur du bassin portuaire.

Pour en savoir plus

  • M.-Fr. Boussac, M. El-Amouri, « The lake structures at Taposiris », dans Lucy Blue and E. Khalil (éd.), Lake Mareotis Conference: reconstructing the past, Universities of Southampton and Alexandria (5th-6th April 2008), BAR IntS 2113, 2010, p. 87-105.
  • M.-Fr. Boussac, « Taposiris Magna : la création du port fermé », dans Fr. Dumasy, Fr. Queyrel (éd.), Archéologie et environnement dans la Méditerranée antique, 2009, p. 123-142.

 

Carnets de la mission française de Taposiris Magna et Plinthine (Maréotide, Égypte)