La ville basse

 Vue du port de Taposiris (© MAFTP)La ville de Taposiris, qui s’est développée jusqu’au VIIe s. ap. J.-C., semble avoir connu son essor aux dépens de Plinthine, qui décline au début de l’époque impériale. La situation de Taposiris sur le lac et son rôle dans les échanges de la région expliquent sans doute cette évolution. L’étude de la ville basse de Taposiris, réalisée selon une approche multidisciplinaire, archéologique, géophysique et paléoenvironnementale, permet d’apprécier la mise en œuvre, dès l’époque impériale, d’un programme d’aménagements de grande envergure pour créer une zone portuaire et douanière, aboutissant à la création d’un pôle économique et administratif à l’ouest d’Alexandrie, doté de toutes les infrastructures nécessaires.

La ville basse et le port fermé de Taposiris ont rempli les fonctions de douane occidentale d’Alexandrie sur le lac Maréotis. Le port verrouillait les circulations par un système de contrôle des échanges sur le lac, tandis que le « mur des Barbares » complétait ce dispositif sur terre, confirmant le rôle de Taposiris comme porte (eisbolé) de l’Égypte évoqué par l’empereur Claude au début de l’époque romaine.

Plan di port fermé de Taposiris (tiré de Boussac, El Amouri 2010, fig. 4)
Plan di port fermé de Taposiris (tiré de Boussac, El Amouri 2010, fig. 4)

Ce port lacustre, fermé et artificiel, fut mis en œuvre grâce au creusement d’un chenal orienté est-ouest de 1600 m de long environ, postérieur au Ier /IIe s. ap. J.-C. Les terres de ce creusement furent accumulées en crête longitudinale, ou levée, parallèle à la ligne de rivage, pour fermer le bassin-chenal au sud. Le verrouillage de ce bassin à l’ouest fut assuré par un pont qui en marquait l’accès et permettait une circulation entre la levée et la ville. A l’est, à plus de 1700 m, une jetée orientée nord-sud et construite en pierre de taille, assurait la fermeture orientale du bassin.

Lors des fouilles archéologiques réalisées pour préciser la chronologie de ce système portuaire lacustre, nous avons pu découvrir à l’ouest (secteurs 1 et 3) dans des niveaux plus anciens, un réseau dense d’habitations couplées à des boutiques d’époque hellénistique (fin du IIe/Ier s. av. J.-C.). L’abandon subit de ces niveaux d’occupation semble avoir été motivé par une inondation due à la remontée des eaux du lac. Le creusement du bassin-chenal s’est ensuite fait sur ces niveaux hellénistiques. Vers l’est, sur la levée, une série d’entrepôts montrent la densité des infrastructures liées aux échanges commerciaux de la ville basse de Taposiris jusqu’à une date tardive (VIIe s.).

Carnets de la mission française de Taposiris Magna et Plinthine (Maréotide, Égypte)