Taposiris

La ville de Taposiris Magna connaît un long épanouissement depuis le début de l’époque hellénistique jusqu’à la fin du VIIe s. ap. J.-C.

Tombeau de Taposiris (cl. A. Adriani)

Citée dans de nombreuses sources antiques (Strabon, Ptolémée Géographe, le Stadiasme, la Table de Peutinger et peut-être Procope de Césarée), elle a fait l’objet de fouilles ponctuelles qui se sont concentrées sur des monuments prestigieux, tels que le temple d’Osiris et la Tour des Arabes, tombe d’un notable d’époque hellénistique reprenant le modèle du phare d’Alexandrie à l’échelle du quart ou du cinquième. Alexandre aurait sacrifié à Osiris dans le temple de Taposiris à son retour de Siwa, selon le Pseudo-Callisthène, qui livre un témoignage tardif et nourri d’idéologie alexandrine.

Ville haute et temple de Taposiris, 2006 (© MAFTP)

La ville a aussi joué le rôle de douane occidentale d’Alexandrie au moins depuis l’époque impériale à l’aide d’un double dispositif terrestre et lacustre : sur terre, le « mur des Barbares » barrait la crête rocheuse et régulait ainsi le passage des caravanes et sur le lac, un système portuaire complexe obligeait les bateaux à passer par un bassin portuaire fermé.

Plan du port fermé de Taposiris (tiré de Boussac, El Amouri 2010, fig. 4)

C’est une ville d’importance au bord du lac Maréotis et Claude en 41 ap. J.-C. en fait l’une des « portes de l’Égypte », au même titre qu’Alexandrie et Péluse.

Taposiris Magna, tout comme la bourgade ptolémaïque de Plinthine, est une ville grecque dans son architecture domestique, funéraire ou publique et ses traditions culturelles. Les fouilles anciennes et nos propres recherches montrent cependant qu’une place était faite aux traditions locales.

Entre 1998 et 2003, la mission française de Taposiris Magna a établi un relevé topographique général, complété par un relevé plus précis des secteurs urbains. Associés aux prospections géophysiques de 2003 et 2005, ils permettent une meilleure lecture du tissu urbain de l’agglomération. Taposiris apparaît incontestablement comme la plus étendue des deux villes que nous étudions, ce qui concorde avec la durée de son histoire et son rôle économique : dans la ville basse, des secteurs aujourd’hui marécageux étaient occupés dans l’antiquité par des entrepôts, des structures artisanales, insérés à l’ouest dans une trame urbains assez dense ou, plus à l’est, remplacés par des installations agricoles. Le relevé souligne aussi la complexité de l’urbanisme : à Taposiris, on observe des différences d’orientation entre la ville haute et la zone lacustre, qui reflètent probablement une urbanisation progressive de type sédimentaire.

Depuis 2000, des fouilles archéologiques sont menées par secteurs et se sont concentrées, jusqu’en 2009,  sur la ville basse de Taposiris et notamment sur la zone du port (secteurs 1-4, 9) avec une avancée dans l’intérieur de la ville (secteur 8). La mission a également conduit, de 2003 à 2011,  l’étude de la « terrasse Breccia », en contrebas du temple (secteurs 5-6), où sont juxtaposés, à l’époque hellénistique, monuments de type grec et égyptien. Depuis 2009 enfin, la mission mène des travaux dans la ville moyenne (secteurs 12 et 13), où des bâtiments imposants (thermes notamment) d’époque byzantine sont particulièrement biens préservés.

Carnets de la mission française de Taposiris Magna et Plinthine (Maréotide, Égypte)