Le kôm

Les dimensions imposantes du kôm el-Nogous (il s’étend sur près de 180 m E/O sur 150 m N/S, soit une surface approximative de 2,7 ha), sa forme singulière et sa localisation au sommet de la crête ont, de tout temps, attiré l’attention des voyageurs qui ont exploré la Maréotide, mais sa nature n’avait jamais été élucidée.

Pourtant, dès 1935 A. De Cosson (Mareotis, p. 109) soulignait que « excavations at this site would unquestionably yield interesting results ». Une seule campagne y a été menée, par Achille Adriani (alors directeur du musée gréco-romain), en 1937. Il a réalisé deux tranchées « longues et étroites » [1], de part et d’autre de ce qu’il pensait être l’accès de l’édifice, c’est-à-dire de part et d’autre de la dépression occupée par le wadi qui divise, à l’heure actuelle, la ville en deux. Il n’a toutefois pas vu, apparemment, de porte, et semble avoir seulement dégagé l’arase des murs qui sont encore visibles en surface, sans aller bien loin dans son exploration (« nous avons mis à découvert la partie supérieure de deux ailes de murs en blocs de calcaire, entre lesquelles semble se trouver l’accès du bâtiment »). Tout en indiquant qu’il s’agissait là d’hypothèses, il proposa de reconnaître dans le kôm un vaste bâtiment public (une agora, un stade ou un lieu de réunion ?). D’autres proposèrent, plus récemment, d’y voir une forteresse ou un théâtre.

Plan du kôm de Plinthine (© MFTP, 2016, publié dans Redon, Vanpeene 2017, fig. 1)

Le kôm a fait l’objet d’un relevé topographique précis de la MFTP, dont la dernière levée a été effectuée en 2011. En moyenne, il s’élève à 11 m au-dessus des niveaux de circulation environnants actuels, mais, comme le montrent des profils E/O et N/S, le point le plus élevé (58 m au-dessus du niveau de la mer) se situe à son angle nord-ouest. De nombreuses arases de mur sont visibles en surface ; si certains murs semblent suivre et couronner les crêtes du kôm, d’autres murs ont une orientation transversale ou oblique, par rapport à l’orientation générale du kôm.

La mission archéologique française de Taposiris et Plinthine a entamé l’exploration du kôm et de la ville antique de Plinthine/Kôm el-Nogous[2] en 2012. Sous les niveaux hellénistiques (très fugaces sur le kôm, en surface dans la ville), une occupation dense d’époque saïto-perse est vite apparue ; elle a été mise en évidence dans tous les sondages ouverts sur les pentes du kôm et dans ses environs immédiats.

Vestiges saïtes du secteur 8 (© MFTP, G. Pollin, IFAO)
Fouloir du secteur 6 (© MFTP, G. Pollin, IFAO)

Un quartier d’habitation très bien préservé est en cours d’exploration sur les pentes sud du kôm (secteur 8). A l’est, un fouloir daté du VIIe s. av. J.-C., entièrement préservé, a été mis au jour. Il illustre la vivacité de la viticulture sur le site, alors même que les importations de vins méditerranéens affluent sur le site.

 

Le matériel importé (amphores, céramique fine) mis au jour dans tous les sondages du kôm est en effet particulièrement abondant, jusqu’à représenter parfois 60 % des assemblages, aux côtés de vases et autres conteneurs (gourdes) de tradition égyptienne. Cela pose la question de la fonction du site de kôm el-Nogous durant l’époque saïte.

 

Niveaux de la TPI, secteur 7 (© MFTP, G. Pollin, IFAO)

Des niveaux plus anciens, datés d’après la céramique du VIIIe s. av. J.-C., ont été atteints dans le sondage 2 et des découvertes réalisées depuis 2016 au centre du kôm [5] confirment très vraisemblablement ce que nous supposions depuis la mise au jour d’artefacts en remploi ou en surface en 2014 et 2015 : le site de Kôm el-Nogous est occupé au moins depuis le Nouvel Empire et durant la Troisième Période Intermédiaire.

 

[1]             A. Adriani, « Travaux de fouilles et de restaurations dans la région d’Abousir (Maréotis), Annuaire du musée gréco-romain III, 1940-1950 (1952), p. 158. Voir aussi M.-Fr. Boussac, « Deux villes en Maréotide : Taposiris Magna et Plinthine », BSFE 150 (2001), p. 42-72.

[2] Malgré des incertitudes sur l’identification du site antique, en l’absence de document écrit découvert in situ, il est très vraisemblable que le Kôm el-Nogous et ses environs abritent l’ancienne Plinthine des sources grecques : Boussac 2014. Quant au nom égyptien de la ville, il nous échappe pour le moment : Boussac, Dhennin, Redon à paraître, p. 8-10.


Pour en savoir plus

 

Carnets de la mission française de Taposiris Magna et Plinthine (Maréotide, Égypte)