Membres

La mission archéologique française de Taposiris-Plinthine existe depuis 1998 et a accueilli de nombreux chercheurs dont on trouvera la liste en bas de cette page.

Présentation des membres de la mission lors des campagnes 2016-2019

Charlène Bouchaud, archéobotaniste, CNRS, MNHN

Archéobotaniste, chargée de recherche au CNRS, Charlène Bouchaud s’intéresse aux pratiques d’exploitation des ressources végétales par les sociétés humaines en milieux semi-aride et aride. Elle a soutenu une thèse en 2011 portant sur les agricultures nabatéennes et l’évolution des paysages dans le sud du Proche-Orient, avant d’élargir ses recherches dans la péninsule Arabique, en Égypte et au Soudan. Au sein de la mission Taposiris-Plinthine, Charlène travaille étroitement avec Menna el-Dorry et Clémence Pagnoux et coordonne depuis 2012 l’étude des macro-restes végétaux trouvés au sein des sédiments fouillés (essentiellement composés de graines, fruits et charbon de bois) afin de reconstituer l’évolution temporelle des pratiques agraires et de la flore spontanée.

Marie-Françoise Boussac, historienne, univ. Paris Ouest-Sorbonne, directrice de la mission de 1998 à 2017

MFBBirmanie2015Ancienne élève de l’ENS Boulevard Jourdan et ancien membre de l’École Française d’Athènes, Marie-Françoise Boussac est professeur d’histoire grecque à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense. Elle a travaillé à Délos, Chypre et au Bangladesh et a créé en 1998 la mission française des fouilles de Taposiris et Plinthine, qu’elle a dirigé jusqu’en 2017. Ses travaux portent sur les archives et les sceaux (sa thèse portait sur un lot d’empreintes hellénistiques trouvé à Délos), les échanges dans l’océan Indien et les interactions culturelles (Égypte gréco-romaine, Orient hellénisé).

Clementina Caputo, céramologue

Docteur de l’Université de Salento (Lecce, Italie), en cotutelle avec l’Université de Poitiers (France), sous la direction de P. Davoli et P. Ballet, Clementina Caputo a soutenu une thèse intitulée : « Ermeneutica e Semiotica in archeologia : per una nuova interpretazione culturale della ceramica vascolare nell’Egitto greco-romano ». De 2016 à 2019, elle a effectué un post-doc à la Ruprecht-Karls-Universität de Heidelberg (Allemagne) dans le cadre du projet « Schreiben auf Ostraka im inneren und äußeren Mittelmeerraum » SFB 933 «Materiale Textkulturen» – TP A09. Archéologue et céramologue, elle travaille en Égypte depuis 2006. Ses principales activités de recherche concernent la céramique et, de manière plus générale, la culture matérielle en céramique en Égypte de l’époque hellénistique à byzantine. Elle est participe aux missions de Soknopaiou Nesos/Dime (Fayoum), Trimithis/Amheida (oasis de Dakhla) et Bérénice (désert Oriental) en tant que céramologue. Au sein de la MFFTP, elle étudie la céramique saïte et ptolémaïque de Plinthine avec Mikaël Pesenti depuis 2019.

Maël Crépy, géographe, géomorphologue (Archéorient et HiSoMA)

Géographe et géomorphologue, Maël Crépy a soutenu en 2016 une thèse (dir. : Yann Callot) portant sur l’évolution paysagère et environnementale dans la dépression de Kharga (désert Libyque, Égypte) depuis 2 500 ans conditionnée par les relations entre le vent, l’eau et les activités agricoles. À partir de méthodes de prospection et de sédimentologie, d’étude de récits de voyageurs, de documents d’archives et d’images satellitaires, il se consacre aux interactions entre sociétés et environnements en milieux aride et méditerranéen depuis 5 000 ans. Il travaille au sein d’équipes pluridisciplinaires sur des terrains en France (Cévennes), en Tunisie, aux Émirats arabes unis et en Égypte. À Taposiris-Plinthine, il étudie les environnements passés, les aménagements liés au lac Mariout et l’exploitation des ressources en eau et en sol.

Louis Dautais, archéologue, doctorant en égyptologie (Montpellier III)

Louis prépare actuellement une thèse portant sur « L’Égypte et le monde égéen (XVIIe-XIIe s. av. n.-è.) : une approche globale et diachronique de leurs interactions » à l’université de Montpellier III. Alliant l’étude des textes et des images à celle des vestiges archéologiques, il s’intéresse aux échanges interculturels polymorphes entre l’Égypte et le monde égéen au Nouvel Empire et, plus globalement, aux mécanismes des interactions entre les civilisations de la Méditerranée orientale à l’Âge du Bronze récent. Il a participé à une dizaine de fouilles en France avant d’intégrer plusieurs projets archéologiques situés sur le pourtour oriental de la Méditerranée (Grèce, Cisjordanie et Égypte). Il a rejoint l’équipe de la MFTMP en 2018 et a fouillé, aux côtés de B. Redon, une zone d’habitat saïte (secteur 6) ; il a également supervisé la fouille préliminaire d’une villa hellénistique dotée d’un fouloir ptolémaïque (secteur 10).

Sylvain Dhennin, égyptologue et archéologue, CNRS, HiSoMA

DoudouÉgyptologue et archéologue, ancien membre scientifique de l’IFAO, Sylvain Dhennin a soutenu une thèse en 2009 portant sur le delta occidental du Nil (De Kôm Abou Billou à la Ménoufieh, recherche historique et archéologique dans le delta égyptien) sous la direction de Didier Devauchelle. Il a dirigé plusieurs programmes de recherche au sein de l’Ifao et a créé la mission archéologique de Kôm Abou Billou (delta du Nil), qu’il dirige actuellement.
Il s’intéresse particulièrement aux cultes et sacerdoces de Basse-Égypte, à la géographie historique et religieuse, à la toponymie et à l’archéologie du delta occidental et à la Maréotide pharaonique. Il a également participé aux fouilles de Bouto et de Balat. Il a tout d’abord fouillé la nécropole des animaux de Taposiris Magna (2005-2009) et explore, depuis 2012, la ville et le kôm de Plinthine.

Mennat-Allah El Dorry, archéobotaniste

Mennat-Allah El Dorry is an Egyptologist specialised in archaeobotany. Her research centres analysing macro-botanical remains from monastic settlements looking at foodways and agricultural practises. She has worked extensively on Egyptian monastic sites. She has also worked as a surveyor, illustrator, and field archaeologist, in addition to her experience in museums, community outreach, and as a civil servants with the Ministry of Antiquities in Egypt. El Dorry holds an M.A. degree from UCLondon (2007), and a PhD from WWU-Münster (summa cum laude, 2015). In 2015, she received the Ahmed G. Fahmy Memorial Award for young African archaeobotanists, in recognition of her research in the field. In 2018, she was elected as a corresponding member in the German Archaeological Institute. At Taposiris and Plinthine, she works with Charlène Bouchaud and Clémence Pagnoux on the botanical remains, in particular on the seeds.

Yahya El Shahat Mohamed, archéologue, céramologue

Assistant lecturer at the Faculty of Archaeology of the Fayoum University,  Yahya El Shahat Mohamed has a bachelor and master degree in Greek and Roman archaeology from the Faculty of Arts of Damanhur University. He is currently writing a PhD on “Crocodilopolis- Kiman Faris. A Study of the Ptolemaic and Roman Pottery” (Faculty of Arts at Ain Shams University). Ex. Inspector of antiquities, field archaeologist and trainee ceramologist  with several missions, Yahya participated to the pottery study at Plinthine during 2017 and 2018 seasons.

Paul François, architecte-ingénieur

Diplômé en architecture (École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, 2015) et en ingénierie (École Centrale de Lyon, 2017), Paul prépare au Laboratoire des Sciences du Numérique de Nantes une thèse sur l’usage des dispositifs de réalité virtuelle en immersion pour la recherche archéologique et historique. Il s’intéresse notamment à l’ensemble du processus de modélisation 3D – du relevé ou de la photogrammétrie jusqu’à la production d’un modèle texturé réaliste – à la représentation des ambiances et des usages et à l’ajout d’informations contextuelles. À Plinthine, son travail porte sur la restitution d’éléments choisis du kôm, à différentes échelles, en synthétisant au sein d’une maquette virtuelle interactive les découvertes et connaissances de chacun.

Joachim Le Bomin, archéologue et céramologue, université de Paris 1

J. Le BominDocteur en archéologie à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de M. Kaplan et de D. Pieri, Joachim Le Bomin travaille sur les réseaux d’échanges entre la Méditerranée et l’Atlantique durant l’Antiquité tardive (IVe-VIIe siècles de n.e) à travers l’étude du mobilier céramique principalement. Il est responsable d’opération en France et participe à plusieurs chantiers en tant qu’archéologue et céramologue. Il a dirigé la fouille du secteur 2 nord de Plinthine et est en charge de l’étude et de la fouille des thermes de Taposiris.

Martine Leguilloux, archéozoologue, Centre archéologique du Var

Docteur en Archéologie et Civilisation Antique (Université Aix‑Marseille), Martine Leguilloux étudie le mobilier archéologique d’origine animale dans le cadre de recherches visant à analyser et comprendre les relations Homme-Animal dans le monde gréco‑romain méditerranéen : productions alimentaires et artisanales, rituels religieux ou funéraires. Ces recherches archéozoologiques sont menées à l’étranger dans le cadre des missions archéologiques françaises coordonnées par les Instituts français et le CNRS ainsi que sur le territoire national avec des équipes du CNRS, des services régionaux de l’archéologie, des services territoriaux, des opérateurs chargés de l’archéologie préventive et programmée.

Julie Marchand, céramologue, université de Poitiers et laboratoire HiSoMA

Docteur de l’Université de Poitiers, sous la direction de P. Ballet et R.-P. Gayraud, Julie Marchand a soutenu une thèse intitulée : « Recherches sur les phénomènes de transition de l’Égypte copto-byzantine à l’Égypte islamique : la culture matérielle ». Archéologue et céramologue, elle a travaillé en France (métropole et DOM), en Syrie et en Égypte. Ses recherches portent également sur la vaisselle de pierre tendre du début de l’époque islamique. Elle est aussi céramologue dans les missions du désert Oriental et de Kôm Abou Billou-Térénouthis. Au sein de la MFFTP, elle étudie la céramique des secteurs byzantins de Taposiris, notamment celle des thermes.

Séverine Marchi, archéologue, CNRS/UMR 8167-Orient et Méditerranée

Archéologue au CNRS, Séverine Marchi, participe depuis 1998 à plusieurs missions en Égypte (Tell el-Herr, Ouadi el-Jarf, Karnak) et au Soudan (Gism el-Arba, Zankor-Abou Sofyan, Sedeinga, Kerma-Doukki Gel). Ses principales activités de recherche concernent l’archéologie urbaine, l’architecture domestique et l’urbanisme dans la vallée du Nil. Elle codirige depuis 2013 la mission suisse-franco-soudanaise de Kerma-Doukki Gel au Soudan et a rejoint l’équipe de Plinthine en 2018 pour étudier les vestiges d’habitat saïto-perse du secteur 8.

Clémence Pagnoux, archéobotaniste, EFA

Archéobotaniste, membre de l’École française d’Athènes, Clémence Pagnoux s’intéresse aux pratiques agraires et alimentaires des sociétés en Grèce protohistorique et antique. Elle a soutenu en 2016 une thèse sur l’arboriculture en Grèce et ses recherches portent en particulier sur la domestication des arbres fruitiers et les variétés de vigne et d’olivier en Méditerranée centrale et orientale. Au sein de la mission Taposiris-Plinthine, Clémence travaille avec Charlène Bouchaud et Menna el-Dorry à l’étude de la viticulture et des variétés passées de vigne cultivée, grâce à l’étude morphométrique des pépins de raisin.

Gaël Pollin, photographe, IFAO

G. PollinDiplômé de l’École Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles, Gaël Pollin a été assistant photographe au Centre Franco-Égyptien d’Étude des Temples de Karnak de 2002 à 2006. Responsable du Service de Numérisation du Centres d’Études Alexandrines de 2007 à 2011, il est désormais responsable du pôle image de l’IFAO.

Mikaël Pesenti, céramologue, docteur, université d’Aix-Marseille

MPDocteur en archéologie classique, Mikaël Pesenti concentre ses activités de recherches sur les échanges commerciaux dans le bassin méditerranéen. La pénétration des produits méditerranéens vers l’intérieur des terres et l’impact de ces produits sur les modes de consommation locale sont au cœur de ses recherches. Il participe à de plusieurs missions en Égypte et au Liban. Par l’étude statistique et quantitative du matériel céramique, de ses contextes de consommation ou d’utilisation, il apporte des éléments pour appréhender les grands mouvements parcourant la Méditerranée orientale aux époques archaïque et classique. Il participe à la mission Taposiris-Plinthine depuis 2015 est en en charge de l’étude du mobilier céramique du kôm de Plinthine et s’intéresse en particulier au mobilier importé.

Bérangère Redon, historienne et archéologue, CNRS, HiSoMA, directrice de la mission depuis 2018

Pli16_05_03_02Archéologue, historienne, agrégée d’histoire, ancien membre scientifique de l’IFAO, Bérangère Redon a réalisé une thèse sur Les Grecs dans le Delta égyptien du VIIe au Ier s. av. J.-C. sous la direction de M.-Fr. Boussac. Spécialiste des rencontres entre cultures grecque et égyptienne, elle s’est plus particulièrement intéressée aux bains et pratiques balnéaires gréco-romaines, comme laboratoire d’analyse de ces rencontres. De 2013 à 2017, elle a dirigé la mission du désert Oriental, dans la continuité de ses travaux sur l’espace égyptien et son appropriation par le pouvoir lagide, et coordonne le projet ERC “Desert Networks“. Au sein de la mission Taposiris-Plinthine, elle a fouillé les bains grecs de Taposiris avec Thibaud Fournet de 2003 à 2011 et explore, depuis 2013, le kôm de Plinthine. Elle dirige la mission depuis avril 2018.

Rim Saleh, étudiante, Université Lyon Lumière

R. SalehAprès une licence et une maîtrise d’archéologie et d’histoire de l’art, Rim Saleh est actuellement en thèse à l’université de Lyon 2. Elle participe depuis 2015 aux fouilles du kôm de Plinthine (secteurs 2, 6 et 8).

 

Aude Simony, céramologue, université de Poitiers puis CEAlex

dsc04500Après une double formation en histoire et archéologie à l’Université Paris Sorbonne, Aude Simony a soutenu en 2016 une thèse de doctorat en archéologie à l’Université de Poitiers intitulée « La céramique commune à pâte alluviale dans le delta occidental égyptien : production et consommation au Haut-Empire » sous la direction de P. Ballet et J.-Y. Empereur. Elle a travaillé en tant qu’archéologue et céramologue sur de nombreux chantiers en France, Italie, Égypte et au Sultanat d’Oman, et a participé à différentes missions archéologiques dans le delta du Nil (Bahig, Bouto/Tell el-Fara’in, Kôm Abou Billou/Térénouthis) et en Haute-Égypte (Tombe d’Harwa -TT37, Dendara). Au sein de la mission Taposiris Magna-Plinthine, elle a étudié de 2013 à 2017 la céramique datée du Haut Empire, notamment celle de la zone portuaire (Secteur 4). Elle est depuis 2018 ingénieur de recherche au CEAlex.

Claire Somaglino, historienne, archéologue, Université Paris-Sorbonne
Cl. SomaglinoDocteur en égyptologie, agrégée d’histoire et ancien membre scientifique de l’Ifao, Claire Somaglino est actuellement maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne. Ses activités de recherche portent essentiellement sur la thématique de la gestion-perception de l’espace (espaces frontaliers et zones de marge ; toponymie) et mêlent analyse de la documentation écrite et travaux de terrain. Elle co-dirige depuis peu la mission d’Ayn Soukhna, sur le golfe de Suez, et participe également en tant qu’épigraphiste à la mission du temple de Tiyi à Sédéïnga (Soudan). Elle est en charge, avec S. Dhennin, de la fouille et de l’analyse des vestiges du Nouvel Empire de Plinthine.

 

Matthieu Vanpeene, architecte diplômé d’État

Sans titre-2Diplômé de l’école nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville, Matthieu Vanpeene travaille d’abord à la conservation des moments historiques français avant de se consacrer entièrement à l’architecture en Égypte ancienne. Particulièrement intéressé par les systèmes techniques et constructifs antiques, il est associé aux travaux de B. Redon et Th. Fournet sur les établissements balnéaires égyptiens et entame en 2016 l’étude architecturale du temple de Repit à Athribis, sur laquelle il réalise actuellement une thèse (dir. L. Coulon,, P. Zignani, EPHE-IFAO). Il est en charge du relevé et de l’analyse des vestiges construits mis au jour à Plinthine et à Taposiris.


Liste des membres de la MFFTP depuis 1998

Marie-Françoise Boussac, directrice de la mission de 1998 à 2017 (voir plus haut)

Thomas Arnoux, topographe

Anne-Eloïse Auger, céramologue

Zulema Barahona-Mendieta, céramologue

Christophe Benech, archéologue, géophysicien

Charlène Bouchaud, archéobotaniste (voir plus haut)

Olivier Callot, architecte

Gonca Cankardes-Senol, céramologue, spécialiste des amphores

Clementina Caputo, céramologue (voir plus haut)

Maël Crépy, géographe, géomorphologue (voir plus haut)

Louis Dautais, archéologue, égyptologue (voir plus haut)

Sylvain Dhennin, archéologue, égyptologue (voir plus haut)

Delphine Dixneuf, céramologue

Mourad El Amouri, archéologue

Menna el-Dorry, archéobotaniste (voir plus haut)

Yahya El Shahat Mohamed, céramologue (voir plus haut)

Thomas Faucher, numismate

Anne Flammin, archéologue

Clément Flaux, géomorphologue

Thibaud Fournet, architecte

Paul François, architecte et ingénieur (voir plus haut)

Camelia George, spécialiste des lampes

Patrice Georges, archéologue et anthropologue

Jean-Philippe Goiran, géomorphologue

Thierry Gonon, archéologue, spéléologue

Cécile Harlaut, céramologue

Joachim Le Bomin, archéologue, céramologue (voir plus haut)

Martine Leguilloux, archéozoologue (voir plus haut)

Julie Marchand, archéologue, céramologue (voir plus haut)

Séverine Marchi, archéologue (voir plus haut)

Sandrine Marquié, céramologue

Marie-Dominique Nenna, archéologue, spécialiste du verre

Olivier Onézime, topographe

Clémence Pagnoux, archéobotaniste (voir plus haut)

Mikaël Pesenti, céramologue (voir plus haut)

Marie-Christine Petitpa, archéologue

Valérie Pichot, archéologue

Gaël Pollin, photographe (voir plus haut)

Bérangère Redon, archéologue, directrice de la mission depuis 2018 (voir plus haut)

Christiane Römer-Strehl, céramologue

Robert Ryndniewicz, géophysicien

Rim Saleh, archéologue (voir plus haut)

Cécile Shalaan, topographe

Hélène Silhouette, archéologue

Aude Simony, céramologue (voir plus haut)

Claire Somaglino, archéologue, égyptologue (voir plus haut)

Hervé Tronchère, géomorphologue

Matthieu Vanpeene, architecte (voir plus haut)

Nagwa Zouair, archéologue, spécialiste d’archéologie funéraire

Carnets de la mission française de Taposiris Magna et Plinthine (Maréotide, Égypte)