Une croix dans le sol de la cour des bains byzantins de Taposiris Magna

Taposiris Magna, sur la rive nord du lac Maréotis, a eu une existence très longue que les recherches antérieures situaient entre le IIIe s. av. J.-C.-et la fin du VIIe s. apr. J.-C. Les fouilles menées depuis 2009 par la Mission française de Taposiris Magna-Plinthine (dirigée par M.-Fr. Boussac, Université Paris Nanterre) ont confirmé l’ampleur de l’occupation de la ville durant la période byzantine ; surtout elles ont révélé qu’elle se poursuivait sous les califats omeyyado-abbassides.

Les travaux sur les thermes édifiés dans la ville moyenne dans le courant de la seconde moitié du Ve s. (fouilles conduites par M. El Amouri puis J. Le Bomin) démontrent la mise en place d’un nouveau programme architectural qui bouleverse entièrement le bâtiment vers le milieu du VIIe s., soit après 150 ans d’utilisation. Les études architecturales, conduites par Th. Fournet puis M. Vanpeene, et celles du mobilier, menées par J. Marchand, ont clairement mis en évidence le souhait des constructeurs de se conformer aux canons architecturaux des complexes balnéaires de Maréotide contemporains (système de double parcours rétrograde, baignoires individuelles, four de type high flame furnace, …)[1]. Ces études illustrent également certaines caractéristiques que l’on reconnait dans la structure des hammams.

Dalle en réemploi dans le sol de la cour des thermes de Taposiris Magna (© MFFTP)
Dalle en réemploi dans les thermes de Taposiris Magna (© MFFTP)

Deux dalles en marbre provenant du sol d’un caldarium et de celui de la cour à portique aux pieds d’une niche correspondent à des réemplois, nombreux dans le bâtiment. Elles sont sculptées d’une grande croix grecque pattée en relief.

Ces réemplois proviennent manifestement du démantèlement d’une église. Plusieurs édifices chrétiens sont connus à Taposiris Magna ou dans ses environs immédiats, notamment un monastère construit extra muros à l’ouest de la ville et une église établie dans l’enceinte du temple d’Osiris et incendiée au cours de l’époque byzantine (entre la fin du Ve et le début du VIIe s.). Une dernière église, signalée par P. Grossmann[2] et replacée sur le plan général par Th. Fournet, se tenait dans la partie ouest de la ville moyenne, non loin des thermes. Il s’agit du candidat le plus logique pour la provenance de nos dalles.

Le réemploi de deux dalles provenant d’un bâtiment chrétien ne peut être précisément daté, mais les études en cours montrent que les thermes ont continué à fonctionner lors de la transition byzantino-omeyyade. Si la date d’abandon du bâtiment n’est pas encore fixée précisément, les nombreuses rechapes d’enduits, de peinture, les marques d’usure sur les pas de porte, les concrétions des canalisations et le matériel provenant des couches de démolition indiquent qu’il a été encore en utilisation au moins quelques dizaines d’années après son dernier réaménagement, jusqu’à la fin du VIIe s., voire le milieu du VIIIe s.

Auteurs : Joachim Le Bomin (Archéologue, Doctorant université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8167 Orient & Méditerranée), Julie Marchand (Archéologue, céramologue, Docteur de l’université de Poitiers, Chercheur associé, HiSoMA, CNRS)


[1] Voir récemment Th. Fournet, B. Redon, « The Roman and Byzantine thermae in Mareotis area », dans B. Redon (éd.), Collective baths in Egypt 2. New discoveries and perspectives, EtUrb 10, 2017, p. 279-322 et le catalogue III du même ouvrage, qui recense l’ensemble des édifices thermaux romano-byzantins d’Égypte.

[2]  P. Grossmann, « Die Kirche extra muros von Taposiris Magna », MDAIK 38, 1982, p. 152-154.