Archives de catégorie : Opération de terrain/Fieldwork

Histoire de terrain (StoryMap) …

Alexandre Rabot (ingénieur d’étude au laboratoire HiSoMA et membre de la MFFTP depuis 2018) présente, sous la forme d’une storymap, les enjeux et méthodes de restitution du relief et du paysage ancien de Taposiris et Plinthine.

Pour une lecture optimisée (texte et image en simultané), cliquez sur “ouvrir dans un nouvel onglet” (), en bas à gauche, ou suivez le lien: https://arcg.is/Ka0nP.

Un grand cru égyptien des pharaons aux empereurs romains

La MFTMP a reçu ce printemps le soutien du fonds Arpamed (Archéologie & Patrimoine en Méditerranée) pour conduire une étude intitulée “Un grand cru égyptien des pharaons aux empereurs romains : le vin des coteaux de Maréotide.”

Retour sur ce projet et les premiers résultats, suite à la campagne de terrain du printemps 2018.


La qualité du vin produit en Maréotide a été souvent chantée par les auteurs antiques, dont Virgile et Horace. Selon eux, il était blanc, aromatique, digeste, ne provoquait pas de maux de tête, et était si goûteux que selon certains Cléopâtre en abusait. Parmi les crus produits dans la région, le vin de la taenia (cordon de grès qui sépare la mer Méditerranée du lac Maréotis, sur lequel se tiennent Taposiris et Plinthine) était jugé supérieur par Athénée, un auteur égyptien du IIe s. apr. J.-C.

Fouloir saïte trouvé en 2016 sur le kôm de Plinthine (photo : © G. Pollin, Ifao, et restitution : © M. Vanpeene, MFTMP) ; à gauche, le tombeau de Nakht, dans la vallée thébaine (tiré de N. de G. Davies, The Tomb of Nakht at Thebes, New York, 1917, pl. XXIIIB).

Depuis quelques campagnes de fouilles déjà, la mission française a mis au jour ou repéré à Plinthine et Taposiris des vestiges liés à la production viticole entre le Nouvel Empire et la fin de l’Antiquité, dont certains sont malheureusement menacés par l’urbanisation incontrôlée et le développement anarchique des figuiers qui effacent toutes traces, lesquelles sont parfois ténues, de la culture de la vigne sur le terroir des deux villes.

 

Vue de la taenia depuis le kôm de Plinthine vers Taposiris (on distingue le temple à l’arrière-plan) (© MFFTMP, B. Redon)

Grâce au fonds Arpamed, dont le soutien s’est révélé crucial et que nous tenons à remercier tout particulièrement, nous avons pu lors de la campagne 2018 entamer une étude globale sur le vin, l’une des composantes essentielles de l’économie et de la culture méditerranéenne, dans une région de rencontres culturelles fécondes et sur la longue durée (plus de 1800 ans).

Pour cela, nous avons décidé de combiner opérations de terrain (fouille des structures de foulage du raisin), étude de matériel (amphores et autres vases qui ont contenu le précieux nectar) et étude de l’environnement des deux sites (étude des sols et des restes de raisin et de vignes antiques) pour reconstituer toute la chaîne de production, du plantage de la vigne à la mise en jarre du vin, en passant par le foulage des grappes.

Plusieurs opérations ont été conduites en avril-mai dernier, dont voici le résumé.

  • Fouille du fouloir saïte de Plinthine (secteur 6)

En 2016, un fouloir saïte (utilisé dans la deuxième moitié du VIIe s. av. J.-C.) a été mis au jour sur le côté est du kôm de Plinthine. Cette structure exceptionnellement bien conservée (voir ici un premier article) était jusqu’ici isolée de son environnement antique.

Le but de la campagne 2018 a été d’étendre le sondage afin de connaître l’extension du fouloir (était-il isolé ou en batterie ?) et de mieux comprendre l’organisation de la production du vin (après le foulage, y avait-il pressage ? Où se faisaient la mise en jarre et le stockage ?

Trois nouvelles pièces appartenant à ce complexe ont été mises au jour par L. Dautais et B. Redon, dont le hall d’entrée, qui ouvre lui-même vers l’extérieur, sans doute en direction d’une rampe qui mène actuellement vers un paysage de figuiers et où devaient se trouver, dans l’Antiquité, des vignes.

Le fouloir saïte depuis son hall d’entrée © B. Redon/ MFFTP

La fouille a aussi permis de déterminer qu’une grande maison à caissons fouillée en 2017 à l’ouest du fouloir était probablement contemporaine du fouloir : s’agit-il de la maison du propriétaire ? Pour le moment, l’accès entre les deux bâtiments n’a pas été mis au jour, mais il devrait se trouver au sud de notre sondage, zone à explorer en priorité l’an prochain.

  • Fouille du fouloir ptolémaïque de Plinthine (secteur 10)

Alors que très peu d’installations viticoles ptolémaïques (331-30 av. J.-C.) ont été mises au jour en Maréotide, la seule dont la datation soit assurée vient de Plinthine : il s’agit d’un fouloir situé au nord de la nécropole hellénistique, dans laquelle les premières inhumations remontent au début du IIIe s. av. J.-C.

Le fouloir a fait l’objet de sondages inédits par une mission égyptien et de relevés architecturaux par O. Callot en 2000, mais il n’avait jamais été fouillé en extension alors qu’il appartient visiblement à une villa agricole.

En 2018, L. Dautais a entièrement dégagé la villa et effectué deux sondages, ce qui a permis de dater son abandon de la deuxième moitié de l’époque ptolémaïque et d’en dresser le plan. Il est très comparable, dans son organisation, à une villa ptolémaïque mise au jour à Canope, à l’est d’Alexandrie (Tabiet el-Ramleh) et centré autour d’un fouloir formé d’une plateforme de foulage et d’une recette d’une contenance de 50 hl.

Le fouloir ptolémaïque de la nécropole de Plinthine © B. Redon/MFFTP

Devant la cuve basse, une cavité circulaire a été mise au jour sur le sol de la pièce. Son remplissage comportait de nombreux pépins de raisin ; la cavité était probablement utilisée comme support pour caler les amphores vinaires ou pendant leur remplissage.

Détail de la bouche du fouloir de la nécropole de Plinthine © B. Redon/MFFTMP
  • Prospection de la villa byzantine de Rahim

La concession de la MFFTMP comprend un site satellite à l’est de Plinthine, connu sous le nom de Rahim. Le site abrite un grand bâtiment en briques cuites qui pourrait être une villa munie d’installations de thermes privés et d’annexes, dont certaines pourraient être liées à l’exploitation des ressources agricoles (pressoir ? atelier de production d’amphores vinaires ?). Le site était en effet équipé d’une jetée artificielle dont la présence suggère la présence de structures  économiques sur le site.

L’objectif du dégagement de ce site, inédit et susceptible d’être exploré rapidement, était de documenter un site où la tradition de la viticulture aurait pu se poursuivre à la fin de l’Antiquité, puisque la céramique de surface date majoritairement de l’époque byzantine (Ve-VIIe s. apr. J.-C.).

Nous avons toutefois dû limiter nos opérations de 2018 à une simple prospection de surface de J. Marchand et un relevé des vestiges de surface au GPS différentiel par A. Rabot. Les opérations de fouille ont été reportées à 2019. Parmi le matériel repéré en surface, outre la céramique et quelques monnaies de bronze, de nombreux fragments de pierres dures ont été repérées : elles servaient sans doute à décorer la villa de Rahim.

Fragments de marbre, granit, porphyre, sans doute utilisés pour décorer la villa byzantine de Rahim (© MFFTMP, 2018)
  • Fouille des entrepôts byzantins, secteur 2 de Taposiris Magna

Devant l’impossibilité de réaliser les travaux prévus à Rahim, et pour compléter nos données sur l’époque byzantine à Taposiris et Plinthine, nous avons ouvert un sondage sur un entrepôt byzantin de la jetée  du port lacustre de Taposiris Magna, qui avait été exploré brièvement par H. Silhouette en 2000. Cette fouille, réalisée par Joachim Le Bomin et Julie Marchand a permis de documenter la poursuite de la production de vin en Maréotide, avec la découverte de très nombreux conteneurs de type Late Roman Amphora 5/6 (LRA), c’est-à-dire des amphores vinaires manufacturées dans la région du Mariout et d’Abou Mina à partir de la moitié du VIIe siècle. Elle a aussi démontré le rôle important de Taposiris, l’un des deux plus grands ports sur le lac Maréotis, dans les courants commerciaux de la fin de l’Antiquité, avec la mise au jour d’un abondant matériel amphorique importé.

  • Étude paléo-environnementale du terroir

Nous avons aussi lancé en 2018 une vaste étude de l’environnement et la gestion de l’eau sur le territoire de Plinthine et Taposiris. Les deux sites se tiennent sur une crête calcaire, un environnement géologique a priori idéal pour la culture de la vigne ; toutefois, la zone est située dans une région semi-aride et la gestion de l’eau est une question cruciale pour l’étude de la production du vin dans la région.

La prospection géomorphologique, conduite par M. Crépy avec A.Rabot pour le positionnement GPS, a permis de localiser les points d’eau sur l’ensemble de la concession, d’évaluer leur qualité (eau douce, saumâtre ou saline) et d’identifier le substrat géologique, principalement formé de grès dunaire et calcarénite qui constituent un sous-sol de qualité pour la viticulture (porosité et drainage, altération en sols sableux légers).

Détail de la bouche d’un puits étudié par M. Crépy ©M. Crépy/MFFTP

Des échantillons de sol ont également été prélevés dans le but d’identifier les facteurs naturels favorables à la viticulture et la signature spécifique des vignobles et des terres préparées (amendements, drainage) pour ce type de plantation. Ils ont été transférés au laboratoire d’analyses des matériaux de l’IFAO.


À venir

  • Étude archéobotanique

Lors de la fouille des fouloirs saïtes et ptolémaïques, de nombreux pépins de raisin ont été prélevés. Ces échantillons ont été transférés vers le laboratoire d’analyse des matériaux de l’IFAO à la fin de la mission.

Louis Dautais à la recherche des pépins de raisins du fouloir saïte  © B. Redon/MFFTMP

Cet automne, Clémence Pagnoux, Menna-Allah el-Dorry et Charlène Bouchaud, avec l’assistance de Rim Saleh, débuteront leur étude, dans le cadre plus vaste de l’étude des restes archéobotaniques de Taposiris et de Plinthine.

Elle permettra de comprendre comment la production viticole observée sur les deux sites s’inscrit dans le patrimoine agro-alimentaire du delta égyptien aux différentes époques concernées.

Elles utiliseront en particulier la méthode de la morphométrie géométrique (qui permet de quantifier la variabilité et la diversité morphologique d’organismes biologiques) afin d’identifier différents cépages ou groupes de cépages, de mieux comprendre les pratiques viti-vinicoles et de mettre en avant des dynamiques de sélection locale, tout en comparant ces données avec les variétés cultivées à la même époque en Grèce. En d’autres termes, quels étaient les cépages cultivés à Plinthine ? Les Grecs, arrivés à la suite d’Alexandre au début de l’époque ptolémaïque, ont-ils apporté avec eux de nouvelles variétés ?

Les pépins de raisin du secteur 6 de Plinthine ! © B. Redon/MFFTMP

C’est ce qui est suggéré par un papyrus écrit par le fameux Zénon de Caunos, secrétaire particulier du ministre des finances de Ptolémée II, qui énumère 11 variétés différentes de ceps de vigne – visiblement cultivés dans l’un des domaines que son patron possédait près d’Alexandrie – dont des ceps de Cilicie (Turquie actuelle), de Mendè et Maronée (Grèce du nord), de Phénicie, ainsi qu’une variété alexandrine (P.Cair.Zen. I, 59033, daté de 257 av. J.-C.). L’analyse des pépins de raisin de Plinthine permettra, pour la première fois, d’étudier sur le terrain l’impact de l’arrivée des Grecs sur le site à partir du IVe s. av. J.-C.

  • Analyse des sols

M. Crépy réalisera à l’automne une mission d’étude à l’IFAO pour analyser les prélèvements de sols effectués en mai dernier. Les analyses (pH, conductivité électrique sur solution aqueuse, perte au feu pour les dosages de matière organique et de carbonates de calcium, analyse élémentaire par fluorescence X) permettront d’étudier les caractéristiques physico-chimiques des sols de Plinthine et Taposiris.

  • Prospections géophysiques

Lors de la campagne 2019, des prospections géophysiques seront réalisées entre le kôm de Plinthine, la nécropole et le lac. Outre des données sur l’occupation du territoire de la ville, la carte géophysique permettra d’informer les autorités et les habitants actuels de la présence de vestiges en danger.

  • Modélisation 3D de nos travaux

Au terme de tous ces travaux, une restitution 3D interactive de l’ensemble du site de Plinthine et de son terroir permettra de visualiser l’évolution des liens entre ville et vigne au fil du temps.

 

Rapport de la campagne 2018

La campagne de terrain de la Mission française de Taposiris Magna et Plinthine s’est déroulée du 14 avril au 15 mai 2018.

L’équipe était composée de:

  • Bérangère Redon, CNRS, archéologue et directrice de la mission ;
  • Marie-Françoise Boussac, université de Paris Nanterre, historienne et ancienne directrice de la mission ;
  • Maël Crépy, post-doc CNRS, géographe et géomorphologue ;
  • Louis Dautais, université de Montpellier, étudiant en archéologie et égyptologie ;
  • Joachim Le Bomin, doctorant à l’université de Paris 1, archéologue ;
  • Martine Leguilloux, Centre archéologique du Var, archéozoologue ;
  • Julie Marchand, post-doc au CNRS, céramologue ;
  • Séverine Marchi, CNRS, équipe Mondes Pharaoniques, archéologue ;
  • Mikael Pesenti, docteur de l’université d’Aix-Marseille, céramologue ;
  • Gaël Pollin, IFAO, photographe ;
  • Alexandre Rabot, université de Lyon 2, spécialiste de SIG ;
  • Rim Saleh, université de Lyon 2, étudiant en archéologie ;
  • Yahya El-Shahat, université du Fayoum, céramologue ;
  • Claire Somaglino, université de Paris Sorbonne, archéologue et égyptologue ;
  • Matthieu Vanpeene, doctorant à l’IFAO-EPHE, architecte.

Nous étions aussi accompagnés de 16 ouvriers venus de Gourna, en Haute Égypte, d’une trentaine d’ouvriers locaux et de quatre inspecteurs du Ministère des antiquités égyptien, Mohamed Ahmed Khalil Abdelaziz, Mahmoud Ahmed Mahmoud, Islam Hussein et Wael Yousri Mohamed el-Tawfi, que nous remercions.

L’équipe de Taposiris Magna et Plinthine, avril 2018 © G. Pollin/Ifao

Comme chaque année, la mission était soutenue par l’Ifao, le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères , et les laboratoires HiSoMA, ArScAn et Orient & Méditerranée (Mondes Pharaoniques). Nous avons, en plus, bénéficié d’un mécénat de la fondation Arpamed sur le dossier particulier de la viticulture dans la région du Mariout, de l’époque pharaonique à l’Antiquité tardive. Qu’ils soient tous remerciés de ce précieux soutien !


Travail à Kôm el-Nogous et Plinthine

  • Secteur 7 (Claire Somaglino, avec Matthieu Vanpeene)

Situé au centre du kôm, ce secteur a livré les vestiges d’un très vaste édifice soigneusement construit en blocs de calcaire. Les travaux de 2018 ont permis d’étendre les dégagements. Il s’agissait de mieux comprendre et dater ce bâtiment en pierre, un probable « temple » construit entre l’époque hellénistique et romaine et abandonné au cours de l’époque romaine.

Le « temple » gréco-romain © B. Redon/MFFTP

Le sondage a permis de trouver la limite nord de cet édifice (nous savons désormais qu’il mesure 20,2 x 34,6 m) et de mettre au jour, pour la première fois, un bâtiment construit en même temps ou juste après la construction du « temple ». Il s’agit d’une citerne, elle aussi construite en partie en creusant la roche-mère. Son abandon serait à placer à l’époque ptolémaïque d’après la céramique. Malheureusement, le matériel mis au jour dans l’ensemble des sondages destinés à comprendre la chronologie du temple est très peu abondant et nous ne sommes toujours pas en mesure de le dater plus précisément. Plusieurs blocs pharaoniques (remployés dans le temple tardif) ont été mis au jour dans les niveaux de démantèlement du temple, dont des éléments architectoniques et cinq blocs inscrits (l’un mentionne le dieu Atoum).

Un bloc pharaonique remployé dans le « temple » gréco-romain © C. Somaglino/MFFTP

Hormis le temple, le secteur 7 est aussi un secteur dans lequel il est possible d’étudier les niveaux les plus anciens connus jusque-là dans le kôm (début de la TPI), au sud-est du temple. Nos travaux ont démontré qu’il n’y avait, dans la zone, aucune réoccupation entre la TPI et la construction du temple. C’est un fait très étonnant, alors que les pentes du kôm sont, elles, très densément occupées à l’époque saïto-perse, et il faudra étendre nos travaux pour expliquer ce phénomène.

  • Secteur 6 (Bérangère Redon, Louis Dautais et Matthieu Vanpeene)

Le secteur 6 est localisé au sommet de la partie est du kôm de Plinthine. On y a mis au jour, en 2016, un fouloir daté du début de la 26e dynastie qui est, à l’heure actuelle, le fouloir pharaonique le mieux préservé d’Égypte.

La campagne de 2018 était destinée à comprendre le contexte d’installation du fouloir et l’organisation interne du bâtiment dans lequel il prend place. Trois nouvelles pièces appartenant à ce complexe ont été mises au jour, dont le hall d’entrée, qui ouvre lui-même vers l’extérieur, sans doute en direction d’une rampe qui mène actuellement vers les figuiers et où devaient se trouver, dans l’Antiquité, des vignes. Nous avons aussi compris que le fouloir était contemporain d’une maison à caissons fouillée en 2017, qui avait livré un matériel très riche. Après l’abandon du fouloir, celui-ci est recouvert par un dépotoir, dont le matériel est daté de la fin de l’époque saïte. De nombreux pépins de raisin ont été mis au jour dans les prélèvements faits dans le secteur 6.

Vue du fouloir saïte depuis le hall d’entrée © B. Redon/ MFFTP
  • Secteur 8 (Séverine Marchi et Rim Saleh)

Un quartier d’habitat daté des VIIe-VIe s. av. J.-C. est exploré depuis 2016 sur les pentes sud du kôm. En 2018, le sondage de l’an passé a été très largement étendu vers le nord et l’est (pour atteindre une surface de 104 m2) afin de relier le secteur 8 avec le secteur 2 (au nord, fouillé de 2012 à 2015). Il s’agissait aussi de trouver l’extension maximale de la maison à escalier fouillée depuis 2016 dans le secteur 8 et de mieux comprendre son agencement et son histoire dans ce quartier situé sur les pentes sud du kôm. La maison a désormais été entièrement mise au jour ; ses niveaux d’abandon sont bien préservés et le matériel abondant (pesons, céramique, outils). La fouille a par ailleurs permis de mettre au jour les vestiges d’une habitation d’au moins trois pièces dont les fondations ont partiellement détruit la partie occidentale de la maison à escalier. Cette construction qui appartient à une phase d’occupation postérieure a également livré, in situ, des amphores importées ainsi que du mobilier céramique produit en Égypte.

Vue générale des niveaux d’occupation de l’habitat saïte © G. Pollin, Ifao/MFFTP
  • Secteur 10 (Louis Dautais, avec M. Vanpeene)

Pour comparer son agencement avec le fouloir saïte du secteur 6, une villa viticole (dégagée à une date indéterminée, antérieure aux années 1990) munie d’un fouloir a été redégagée durant la mission. Nos travaux ont permis de comprendre qu’elle n’avait pas été entièrement fouillée. Durant les dégagements, nous avons mis au jour de la céramique ptolémaïque, qui atteste de son utilisation durant cette période. Par ailleurs, des pépins de raisin y ont été aussi mis au jour. Ils seront analysés durant l’automne et comparés aux pépins de raisin saïtes.

Vue de la cuve du fouloir de la villa ptolémaïque © G. Pollin, Ifao/ MFFTP
  • Étude de la céramique de Plinthine/Kôm el-Nogous (Mikaël Pesenti, avec Yahya Mahmoud El-Shahat)

Au cours de la campagne 2018, la céramique de quatre zones différentes a été étudiée : secteurs 6, 7, 8 et 10. 59 contextes différents ont été analysés et plus de 300 tessons de diagnostic ont été dessinés. La céramique étudiée va de la Troisième période intermédiaire à la fin de l’époque romaine. C’est la première fois à Plinthine que nous sommes en mesure de collecter un matériel sur une aussi grande échelle chronologique. La majeure partie du mobilier est daté de l’époque saïto-perse et, comme durant les campagnes précédentes sur le kôm de Plinthine, le nombre d’importations (Grèce de l’Est et côte syro-palestinienne) au sein des assemblages est remarquable. Il faut noter cette année la découverte de matériel daté assurément de l’époque perse et du début de l’époque ptolémaïque dans le secteur 8.

Assemblage céramique provenant du secteur 8 © M. Pesenti/ MFFTP

Travail à Taposiris Magna 

  • Fouille des thermes byzantins de la ville moyenne (Joachim Le Bomin, Julie Marchand et Matthieu Vanpeene)

Cette 6e campagne avait pour but premier de dresser le plan de la dernière phase d’occupation du bâtiment (daté du milieu du VIIe siècle). Un caldarium, dont on a pu étudier système de chauffage, et les latrines des thermes ont été découvertes à l’est du complexe. C’est aussi la distribution en eau du bâtiment qui été mieux comprise cette année avec la découverte, dans la partie de service, d’une importante canalisation et de son regard. Enfin, un sondage à l’extérieur du bâtiment, côté rue, a permis de mettre au jour un portique installé lors de la dernière phase, installé sur des remblais du VIIe siècle. Cette couche homogène et archéologiquement bien scellée comporte un nombre important de céramiques locales et de produits venant d’Abou Mina, des eulogies, soit des conteneurs inscrits en grec au nom de saint Ménas.

Vue d’une canalisation tardive dans la partie de service des thermes © J. Le Bomin/ MFFTP
  • Fouille des entrepôts byzantins (Joachim Le Bomin, Julie Marchand)

Une courte opération a été conduite sur la jetée sud de Taposiris Magna. Il s’agissait de compléter le dégagement d’entrepôts byzantins, fouillés par nos soins en 2000. Deux pièces ont été fouillées ; le matériel abondant (amphores locales, amphores importées et plus de 50 monnaies de bronze) qui y a été mis au jour témoigne d’une intense activité durant l’Antiquité tardive sur le lac Mariout.

Vue des entrepôts byzantins © J. Le Bomin / MFFTP

Prospections à Taposiris, Plinthine, Kôm el-Nogous, Rahim, Gamal et Quseir (Marie-Françoise Boussac, Maël Crépy, Alexandre Rabot et Julie Marchand)

 L’étude de la partie nord de la région du Mariout le long de la taenia a été entreprise entre le 23 avril et le 6 mai par M.-Fr Boussac et M. Crépy. Elle visait plus particulièrement à comprendre le paléo-environnement de Taposiris et de Plinthine, la géomorphologie de la région, et enfin de mieux identifier les interventions anthropiques, surtout dans le port lacustre, ainsi que les systèmes utilisés pour la gestion de l’eau lors de l’occupation des sites antiques.

Vue de la jetée et du port lacustre. On remarque l’importante superposition des niveaux anthropiques étudiés par M. Crépy © M. Crépy / MFFTP

Une prospection a également été menée sur les sites de Rahim, Gamal et Quseir, trois petits sites de la concession de fouille, qui sont établis à l’est de Plinthine, sur la rive du lac Mariout. Ces établissements ont été abandonnés durant l’Antiquité tardive, d’après les observations de la céramique de surface (étude J. Marchand). L’équipe s’est en particulier intéressée à Rahim : ce petit établissement agricole présente notamment des petits bains privés identifiables par la présence de mortier hydraulique et de briques cuites.

En parallèle de ces travaux de prospection, une cartographie fine de toute la concession de fouille au moyen d’un SIG a été réalisée par A. Rabot. Les coordonnées spatiales précises des vestiges sont ainsi enregistrées dans un même ensemble et seront à termes mises en connexion avec des informations renseignant l’environnement et la géologie des sites antiques.

Étude des restes fauniques de Taposiris et de Plinthine, campagnes 2002-2017 (Martine Leguilloux)

Sur le site de Plinthine, le matériel ostéologique provient de la fouille de 4 zones (1, 2, 6 et 8) durant 4 saisons (2005, 2012, 2016 et 2017). 605 ossements ont été dénombrés, appartenant à 7 espèces animales issues de 59 contextes : moutons, chèvres, porcs, bovins, ânes, volaille, gazelles et quelques coquillages. Le matériel ostéologique le plus important vient des niveaux saïtes et plus spécifiquement des dépotoirs de cette période. Il est composé principalement d’os de deux espèces, moutons (42 %) et porcs (53 %). Les bovins, les chèvres et les volailles sont très rares.

Sur le site de Taposiris Magna, le matériel ostéologique provient de six années de fouilles (2003, 2004, 2005, 2008, 2009, 2010) des zones 3, 5, 6, 12 et 13. 1300 individus ont été enregistrés, provenant de 10 espèces animales tirés de 25 contextes différents : moutons, chèvres, porcs, bovins, ânes, volaille, dromadaires, chiens, chats, rats et quelques coquillages.

Thermes byzantins de Taposiris : découvertes de la campagne 2016

Par Joachim Le Bomin, archéologue, Université Paris 1 ; Julie Marchand, céramologue, Université de Poitiers ; Matthieu Vanpeene, architecte diplômé d’État, sous la direction de M.-Fr. Boussac, Université de Paris Ouest-Nanterre

High-flame furnace des thermes de Taposiris (© MAFTP 2016)
High-flame furnace des thermes de Taposiris (© MAFTP 2016)

Les thermes byzantins de la ville basse de Taposiris (fin Ve-milieu du VIIe siècle) présentent les mêmes caractéristiques qu’un ensemble de bains contemporains en Maréotide : grande cour desservant deux parcours balnéaires rétrogrades notamment (voir pour la typologie Fournet, Redon à paraître). La campagne 2016 s’est concentrée sur les parties techniques : high flame furnace (1) chauffant deux chaudrons et alimentant une série d’hypocaustes très bien conservés.
Une nouvelle salle chaude (2) a été complètement dégagée, une seconde (3) partiellement. De même trois baignoires à pavement de marbre ont été mises au jour, portant pour l’instant leur nombre à cinq.

Plan normé des thermes de Taposiris (© M. Vanpeene, MAFTP 2016)

Fragment d'enduit peint trouvé dans les thermes de Taposiris (© MAFTP, 2016)
Fragment d’enduit peint  (© MAFTP 2016)
Cive trouvé dans les thermes de Taposiris (© MAFTP 2016)
Cive (© MAFTP 2016)

De nombreux remaniements ont été observés, dont le dernier est daté par l’étude céramologique vers le milieu du VIIe s. ap. J.-C. Par ailleurs des éléments de décor peint (enduits à motifs figurés, dont une tête féminine de face) et de nombreux fragments de cives (oculi) ont été collectés. L’étude céramique a révélé la présence de très nombreux pots d’une sâqiya que la fouille 2017 s’efforcera de retrouver.

Pour en savoir plus :
  • J. Le Bomin, « La céramique d’un dépotoir de la fin du VIe et du début du VIIe de n.è. sur les thermes byzantins (Secteur 13) de Taposiris Magna (Maréotide) », BCE 2016 (à paraître).
  • Th. Fournet, B. Redon, « The Roman and Byzantine thermae in Mareotis area », dans B. Redon (éd.), Current Research on Baths in Egypt: New Archaeological Discoveries, Presses de l’IFAO, Le Caire (à paraître).

By Joachim Le Bomin, archaeologist, Paris 1 University; Julie Marchand, ceramologist, Poitiers University; Matthieu Vanpeene, architect, under the direction of M.-Fr. Boussac, Paris Ouest-Nanterre University

High-flame furnace des thermes de Taposiris (© MAFTP 2016)
High-flame furnace of the Taposiris thermae (© MAFTP 2016)

The Byzantine baths of the lower town of Taposiris (late 6th-mid 7th) have the same characteristics as a series of contemporary baths in Mareotis: large courtyard serving two retrograde itineraries for instance (see for typology Fournet, Redon forthcoming). The 2016 campaign focused on technical parts: high flame furnace (1) heating two cauldrons and serving a well preserved series of hypocausts.
A new heated room (2) has been entirely excavated, and a second one (3) partially so. Three new marble floor bathtubs have been identified, bringing up their number to 5 for the moment.

BLOG_Plan

Fragment d'enduit peint trouvé dans les thermes de Taposiris (© MAFTP, 2016)
Fragment of wall painting (© MAFTP 2016)
Cive trouvé dans les thermes de Taposiris (© MAFTP 2016)
Window glass (© MAFTP 2016)

Many transformations were observed, the last one was dated c. the middle of 7th century AD by the pottery study. Furthermore painted decorative elements (painted stuccoes with figurative motifs, including a female head, front) and numerous fragments of circular glass windows (oculi) were collected. The pottery study revealed the presence of many fragments of pots used for a saqiya that we plan to find in 2017.

For further reading :

  • J. Le Bomin, « La céramique d’un dépotoir de la fin du VIe et du début du VIIe de n.è. sur les thermes byzantins (Secteur 13) de Taposiris Magna (Maréotide) », BCE 2016 (forthcoming).
  • Th. Fournet, B. Redon, « The Roman and Byzantine thermae in Mareotis area », dans B. Redon (éd.), Current Research on Baths in Egypt: New Archaeological Discoveries, IFAO press, Cairo (forthcoming).