Archives de catégorie : Etude

étude pétrographique de la céramique de Taposiris Magna

Joachim Le Bomin et Julie Marchand ont réalisé durant le mois de décembre 2018 une étude pétrographique de céramiques au laboratoire de l’Institut Français d’Archéologie Orientale (IFAO) au Caire. 34 échantillons de céramiques prélevés en 2017 et 2018 à Taposiris Magna, ont ainsi été transférés au laboratoire d’archéométrie. Provenant tous de la fouille des thermes byzantins (secteur 13), les prélèvements ont essentiellement concernés des pots de saqia et des amphores importées.

Les analyses consistent en l’observation (figure 1), à partir de lames minces, au microscope polarisant au grossissement x50 et x100, d’une tranche de céramique mesurant 30 µm d’épaisseur. Des rayons lumineux traversent un premier filtre, le polariseur (Lumière Polarisée Non Analysée = LPNA), et un second, l’analyseur (Lumière Polarisée Analysée = LPA), situés de part et d’autre de l’échantillon placé sur un plateau tournant. Les ondes lumineuses sont alors déviées au contact des minéraux présents dans l’échantillon. Les couleurs transmises, les reliefs et les irrégularités permettent ainsi d’identifier les différents minéraux qui composent les pâtes des céramiques (pour une méthodologie plus complète: voir Schmidt 1993 et Beaux, Platevoet, Fogelgesang 2016). Des photographies sont aussi prises à partir d’un appareil connecté au microscope.

figure 1 : Joachim Le Bomin à l’étude, sur le microscope polarisant (photo JM)

 

L’étude des pâtes (argiles employées et inclusions) utilisées pour la fabrication des céramiques est à la base de la définition et de la caractérisation des groupes de production. Par ces analyses, il s’agit d’identifier les inclusions naturellement présentes ou ajoutées et de comparer, quand cela est possible, avec les échantillons de référence des ateliers ou des zones de production (figure 2).

figure 2 : Á gauche, macro-photo échantillon de pâte de céramique ; au centre, micro-photo en LPNA ; à droite, micro-photo en LPA (clichés JLB/JM)

 

Dans le cadre de notre étude, nous avons voulu mieux caractériser deux lots de céramiques :

  • les pots de saqia proviennent de contextes stratifiés secondaires ; ils sont susceptibles d’avoir été en usage lors du fonctionnement du complexe thermal, certainement associées à une structure hydraulique qui était liée au système d’approvisionnement en eau. Les pots de saqia ont tous le même profil (figure 3); ils sont de petite contenance, avec une lèvre en crochet, et un petit pied bouton (Le Bomin, Marchand à paraître). De facture locale et régionale, plusieurs origines, déjà pressenties lors des observations à l’œil nu, sont confirmées par les observations au microscope polarisant.
figure 3 : typologie simplifiée des pots de saqia de Taposiris Magna (dessin JM : Le Bomin, Marchand à paraître, figure 4)

 

  • les amphores importées appartiennent toutes à un lot homogène de prototypes (figure 4) des amphores vinaires LRA 1. Contrairement à ces dernières dont la distribution et la séquence chronologique sont bien connues, les premières sont encore très mal appréhendées dans le commerce méditerranéen entre le milieu du IIIe et le IVe siècle, de même que leur filiation avec d’autres amphores n’est pas assurée (Reynolds 2005). L’identification de ces amphores et la caractérisation des fabriques utilisées laisse dorénavant entrevoir l’existence de plusieurs ateliers, mettant ainsi en avant l’importance de Taposiris Magna dans le réseau d’échanges d’époque romaine et byzantine.
figure 4 : proto-LRA 1 de Taposiris Magna (dessin JM)

 

Les analyses pétrographiques effectuées ont donc permis d’élaborer un référencement des productions de céramiques. D’une part, celui des pots à saqia qui constitue une nouvelle étape dans la définition des productions de la Maréotide dont les ateliers restent jusqu’à ce jour mal identifiés. D’autre part, les analyses réalisées sur les amphores proto-LRA 1 offrent des données supplémentaires dans la caractérisation de la famille des conteneurs vinaires LRA 1 (typologie et origines des productions) et sur la nature et le dynamisme des échanges commerciaux entre la chôra alexandrine et le Proche-Orient aux IIIe et IVe siècles. Ces travaux alimentent ainsi les données concernant le rôle de Taposiris Magna et de la Maréotide dans les réseaux d’échanges régionaux et méditerranéens aux époques romaine et byzantine.

 

Bibliographie

Beaux (J.-Fr.), Platevoet (B.) et Fogelgesang (J.-Fr.), Atlas de pétrologie, 2e édition, Les minéraux et roches en 86 fiches et 480 photos, Collection Sciences Sup, Edition Dunod, 2016.

Le Bomin (J.), Marchand (J.), « Saqia pots from Taposiris Magna », dans V. Caminneci, M. C. Parello et M. S. Rozzo (éd.), LRCW 6. Late Roman Coarse Ware, Cooking ware and Amphorae in the Mediterranean: Archaeology and Archaeometry Land and Sea: pottery routes, à paraître

Reynolds (P.), « Levantine amphorae from Cilicia to Gaza: a typology and analysis of regional production trends from the 1st to 7th centuries », dans J. M. Gurt i Esparraguerra, J. Buxeda i Garrigós, M. A. Cau Ontiveros », Late Roman Coarse Wares 1, British Archaeological Report Internation Series 1340, Oxford, 2005, p. 563-611.

Schmidt (A.), « Apports et limites de la pétrographie quantitative : application au cas des amphores de Lyon », Revue d’Archéométrie 17, 1993, p. 51-63. En ligne : https://www.persee.fr/doc/arsci_0399-1237_1993_num_17_1_905

 

Sur la reconnaissance des ateliers de production de saqia, sur le site de Kôm Abou Billou, situé à 150 km au sud-est de Taposiris, voir aussi: J. Marchand et J. Le Bomin, « Nouvelles fouilles dans la ville romaine et byzantine », https://aboubillou.hypotheses.org/912

 

Une croix dans le sol de la cour des bains byzantins de Taposiris Magna

Taposiris Magna, sur la rive nord du lac Maréotis, a eu une existence très longue que les recherches antérieures situaient entre le IIIe s. av. J.-C.-et la fin du VIIe s. apr. J.-C. Les fouilles menées depuis 2009 par la Mission française de Taposiris Magna-Plinthine (dirigée par M.-Fr. Boussac, Université Paris Nanterre) ont confirmé l’ampleur de l’occupation de la ville durant la période byzantine ; surtout elles ont révélé qu’elle se poursuivait sous les califats omeyyado-abbassides.

Les travaux sur les thermes édifiés dans la ville moyenne dans le courant de la seconde moitié du Ve s. (fouilles conduites par M. El Amouri puis J. Le Bomin) démontrent la mise en place d’un nouveau programme architectural qui bouleverse entièrement le bâtiment vers le milieu du VIIe s., soit après 150 ans d’utilisation. Les études architecturales, conduites par Th. Fournet puis M. Vanpeene, et celles du mobilier, menées par J. Marchand, ont clairement mis en évidence le souhait des constructeurs de se conformer aux canons architecturaux des complexes balnéaires de Maréotide contemporains (système de double parcours rétrograde, baignoires individuelles, four de type high flame furnace, …)[1]. Ces études illustrent également certaines caractéristiques que l’on reconnait dans la structure des hammams.

Dalle en réemploi dans le sol de la cour des thermes de Taposiris Magna (© MFFTP)

Dalle en réemploi dans les thermes de Taposiris Magna (© MFFTP)

Deux dalles en marbre provenant du sol d’un caldarium et de celui de la cour à portique aux pieds d’une niche correspondent à des réemplois, nombreux dans le bâtiment. Elles sont sculptées d’une grande croix grecque pattée en relief.

Ces réemplois proviennent manifestement du démantèlement d’une église. Plusieurs édifices chrétiens sont connus à Taposiris Magna ou dans ses environs immédiats, notamment un monastère construit extra muros à l’ouest de la ville et une église établie dans l’enceinte du temple d’Osiris et incendiée au cours de l’époque byzantine (entre la fin du Ve et le début du VIIe s.). Une dernière église, signalée par P. Grossmann[2] et replacée sur le plan général par Th. Fournet, se tenait dans la partie ouest de la ville moyenne, non loin des thermes. Il s’agit du candidat le plus logique pour la provenance de nos dalles.

Le réemploi de deux dalles provenant d’un bâtiment chrétien ne peut être précisément daté, mais les études en cours montrent que les thermes ont continué à fonctionner lors de la transition byzantino-omeyyade. Si la date d’abandon du bâtiment n’est pas encore fixée précisément, les nombreuses rechapes d’enduits, de peinture, les marques d’usure sur les pas de porte, les concrétions des canalisations et le matériel provenant des couches de démolition indiquent qu’il a été encore en utilisation au moins quelques dizaines d’années après son dernier réaménagement, jusqu’à la fin du VIIe s., voire le milieu du VIIIe s.

Auteurs : Joachim Le Bomin (Archéologue, Doctorant université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8167 Orient & Méditerranée), Julie Marchand (Archéologue, céramologue, Docteur de l’université de Poitiers, Chercheur associé, HiSoMA, CNRS)


[1] Voir récemment Th. Fournet, B. Redon, « The Roman and Byzantine thermae in Mareotis area », dans B. Redon (éd.), Collective baths in Egypt 2. New discoveries and perspectives, EtUrb 10, 2017, p. 279-322 et le catalogue III du même ouvrage, qui recense l’ensemble des édifices thermaux romano-byzantins d’Égypte.

[2]  P. Grossmann, « Die Kirche extra muros von Taposiris Magna », MDAIK 38, 1982, p. 152-154.