Un grand cru égyptien des pharaons aux empereurs romains

La MFTMP a reçu ce printemps le soutien du fonds Arpamed (Archéologie & Patrimoine en Méditerranée) pour conduire une étude intitulée “Un grand cru égyptien des pharaons aux empereurs romains : le vin des coteaux de Maréotide.”

Retour sur ce projet et les premiers résultats, suite à la campagne de terrain du printemps 2018.


La qualité du vin produit en Maréotide a été souvent chantée par les auteurs antiques, dont Virgile et Horace. Selon eux, il était blanc, aromatique, digeste, ne provoquait pas de maux de tête, et était si goûteux que selon certains Cléopâtre en abusait. Parmi les crus produits dans la région, le vin de la taenia (cordon de grès qui sépare la mer Méditerranée du lac Maréotis, sur lequel se tiennent Taposiris et Plinthine) était jugé supérieur par Athénée, un auteur égyptien du IIe s. apr. J.-C.

Fouloir saïte trouvé en 2016 sur le kôm de Plinthine (photo : © G. Pollin, Ifao, et restitution : © M. Vanpeene, MFTMP) ; à gauche, le tombeau de Nakht, dans la vallée thébaine (tiré de N. de G. Davies, The Tomb of Nakht at Thebes, New York, 1917, pl. XXIIIB).

Depuis quelques campagnes de fouilles déjà, la mission française a mis au jour ou repéré à Plinthine et Taposiris des vestiges liés à la production viticole entre le Nouvel Empire et la fin de l’Antiquité, dont certains sont malheureusement menacés par l’urbanisation incontrôlée et le développement anarchique des figuiers qui effacent toutes traces, lesquelles sont parfois ténues, de la culture de la vigne sur le terroir des deux villes.

 

Vue de la taenia depuis le kôm de Plinthine vers Taposiris (on distingue le temple à l’arrière-plan) (© MFFTMP, B. Redon)

Grâce au fonds Arpamed, dont le soutien s’est révélé crucial et que nous tenons à remercier tout particulièrement, nous avons pu lors de la campagne 2018 entamer une étude globale sur le vin, l’une des composantes essentielles de l’économie et de la culture méditerranéenne, dans une région de rencontres culturelles fécondes et sur la longue durée (plus de 1800 ans).

Pour cela, nous avons décidé de combiner opérations de terrain (fouille des structures de foulage du raisin), étude de matériel (amphores et autres vases qui ont contenu le précieux nectar) et étude de l’environnement des deux sites (étude des sols et des restes de raisin et de vignes antiques) pour reconstituer toute la chaîne de production, du plantage de la vigne à la mise en jarre du vin, en passant par le foulage des grappes.

Plusieurs opérations ont été conduites en avril-mai dernier, dont voici le résumé.

  • Fouille du fouloir saïte de Plinthine (secteur 6)

En 2016, un fouloir saïte (utilisé dans la deuxième moitié du VIIe s. av. J.-C.) a été mis au jour sur le côté est du kôm de Plinthine. Cette structure exceptionnellement bien conservée (voir ici un premier article) était jusqu’ici isolée de son environnement antique.

Le but de la campagne 2018 a été d’étendre le sondage afin de connaître l’extension du fouloir (était-il isolé ou en batterie ?) et de mieux comprendre l’organisation de la production du vin (après le foulage, y avait-il pressage ? Où se faisaient la mise en jarre et le stockage ?

Trois nouvelles pièces appartenant à ce complexe ont été mises au jour par L. Dautais et B. Redon, dont le hall d’entrée, qui ouvre lui-même vers l’extérieur, sans doute en direction d’une rampe qui mène actuellement vers un paysage de figuiers et où devaient se trouver, dans l’Antiquité, des vignes.

Le fouloir saïte depuis son hall d’entrée © B. Redon/ MFFTP

La fouille a aussi permis de déterminer qu’une grande maison à caissons fouillée en 2017 à l’ouest du fouloir était probablement contemporaine du fouloir : s’agit-il de la maison du propriétaire ? Pour le moment, l’accès entre les deux bâtiments n’a pas été mis au jour, mais il devrait se trouver au sud de notre sondage, zone à explorer en priorité l’an prochain.

  • Fouille du fouloir ptolémaïque de Plinthine (secteur 10)

Alors que très peu d’installations viticoles ptolémaïques (331-30 av. J.-C.) ont été mises au jour en Maréotide, la seule dont la datation soit assurée vient de Plinthine : il s’agit d’un fouloir situé au nord de la nécropole hellénistique, dans laquelle les premières inhumations remontent au début du IIIe s. av. J.-C.

Le fouloir a fait l’objet de sondages inédits par une mission égyptien et de relevés architecturaux par O. Callot en 2000, mais il n’avait jamais été fouillé en extension alors qu’il appartient visiblement à une villa agricole.

En 2018, L. Dautais a entièrement dégagé la villa et effectué deux sondages, ce qui a permis de dater son abandon de la deuxième moitié de l’époque ptolémaïque et d’en dresser le plan. Il est très comparable, dans son organisation, à une villa ptolémaïque mise au jour à Canope, à l’est d’Alexandrie (Tabiet el-Ramleh) et centré autour d’un fouloir formé d’une plateforme de foulage et d’une recette d’une contenance de 50 hl.

Le fouloir ptolémaïque de la nécropole de Plinthine © B. Redon/MFFTP

Devant la cuve basse, une cavité circulaire a été mise au jour sur le sol de la pièce. Son remplissage comportait de nombreux pépins de raisin ; la cavité était probablement utilisée comme support pour caler les amphores vinaires ou pendant leur remplissage.

Détail de la bouche du fouloir de la nécropole de Plinthine © B. Redon/MFFTMP
  • Prospection de la villa byzantine de Rahim

La concession de la MFFTMP comprend un site satellite à l’est de Plinthine, connu sous le nom de Rahim. Le site abrite un grand bâtiment en briques cuites qui pourrait être une villa munie d’installations de thermes privés et d’annexes, dont certaines pourraient être liées à l’exploitation des ressources agricoles (pressoir ? atelier de production d’amphores vinaires ?). Le site était en effet équipé d’une jetée artificielle dont la présence suggère la présence de structures  économiques sur le site.

L’objectif du dégagement de ce site, inédit et susceptible d’être exploré rapidement, était de documenter un site où la tradition de la viticulture aurait pu se poursuivre à la fin de l’Antiquité, puisque la céramique de surface date majoritairement de l’époque byzantine (Ve-VIIe s. apr. J.-C.).

Nous avons toutefois dû limiter nos opérations de 2018 à une simple prospection de surface de J. Marchand et un relevé des vestiges de surface au GPS différentiel par A. Rabot. Les opérations de fouille ont été reportées à 2019. Parmi le matériel repéré en surface, outre la céramique et quelques monnaies de bronze, de nombreux fragments de pierres dures ont été repérées : elles servaient sans doute à décorer la villa de Rahim.

Fragments de marbre, granit, porphyre, sans doute utilisés pour décorer la villa byzantine de Rahim (© MFFTMP, 2018)
  • Fouille des entrepôts byzantins, secteur 2 de Taposiris Magna

Devant l’impossibilité de réaliser les travaux prévus à Rahim, et pour compléter nos données sur l’époque byzantine à Taposiris et Plinthine, nous avons ouvert un sondage sur un entrepôt byzantin de la jetée  du port lacustre de Taposiris Magna, qui avait été exploré brièvement par H. Silhouette en 2000. Cette fouille, réalisée par Joachim Le Bomin et Julie Marchand a permis de documenter la poursuite de la production de vin en Maréotide, avec la découverte de très nombreux conteneurs de type Late Roman Amphora 5/6 (LRA), c’est-à-dire des amphores vinaires manufacturées dans la région du Mariout et d’Abou Mina à partir de la moitié du VIIe siècle. Elle a aussi démontré le rôle important de Taposiris, l’un des deux plus grands ports sur le lac Maréotis, dans les courants commerciaux de la fin de l’Antiquité, avec la mise au jour d’un abondant matériel amphorique importé.

  • Étude paléo-environnementale du terroir

Nous avons aussi lancé en 2018 une vaste étude de l’environnement et la gestion de l’eau sur le territoire de Plinthine et Taposiris. Les deux sites se tiennent sur une crête calcaire, un environnement géologique a priori idéal pour la culture de la vigne ; toutefois, la zone est située dans une région semi-aride et la gestion de l’eau est une question cruciale pour l’étude de la production du vin dans la région.

La prospection géomorphologique, conduite par M. Crépy avec A.Rabot pour le positionnement GPS, a permis de localiser les points d’eau sur l’ensemble de la concession, d’évaluer leur qualité (eau douce, saumâtre ou saline) et d’identifier le substrat géologique, principalement formé de grès dunaire et calcarénite qui constituent un sous-sol de qualité pour la viticulture (porosité et drainage, altération en sols sableux légers).

Détail de la bouche d’un puits étudié par M. Crépy ©M. Crépy/MFFTP

Des échantillons de sol ont également été prélevés dans le but d’identifier les facteurs naturels favorables à la viticulture et la signature spécifique des vignobles et des terres préparées (amendements, drainage) pour ce type de plantation. Ils ont été transférés au laboratoire d’analyses des matériaux de l’IFAO.


À venir

  • Étude archéobotanique

Lors de la fouille des fouloirs saïtes et ptolémaïques, de nombreux pépins de raisin ont été prélevés. Ces échantillons ont été transférés vers le laboratoire d’analyse des matériaux de l’IFAO à la fin de la mission.

Louis Dautais à la recherche des pépins de raisins du fouloir saïte  © B. Redon/MFFTMP

Cet automne, Clémence Pagnoux, Menna-Allah el-Dorry et Charlène Bouchaud, avec l’assistance de Rim Saleh, débuteront leur étude, dans le cadre plus vaste de l’étude des restes archéobotaniques de Taposiris et de Plinthine.

Elle permettra de comprendre comment la production viticole observée sur les deux sites s’inscrit dans le patrimoine agro-alimentaire du delta égyptien aux différentes époques concernées.

Elles utiliseront en particulier la méthode de la morphométrie géométrique (qui permet de quantifier la variabilité et la diversité morphologique d’organismes biologiques) afin d’identifier différents cépages ou groupes de cépages, de mieux comprendre les pratiques viti-vinicoles et de mettre en avant des dynamiques de sélection locale, tout en comparant ces données avec les variétés cultivées à la même époque en Grèce. En d’autres termes, quels étaient les cépages cultivés à Plinthine ? Les Grecs, arrivés à la suite d’Alexandre au début de l’époque ptolémaïque, ont-ils apporté avec eux de nouvelles variétés ?

Les pépins de raisin du secteur 6 de Plinthine ! © B. Redon/MFFTMP

C’est ce qui est suggéré par un papyrus écrit par le fameux Zénon de Caunos, secrétaire particulier du ministre des finances de Ptolémée II, qui énumère 11 variétés différentes de ceps de vigne – visiblement cultivés dans l’un des domaines que son patron possédait près d’Alexandrie – dont des ceps de Cilicie (Turquie actuelle), de Mendè et Maronée (Grèce du nord), de Phénicie, ainsi qu’une variété alexandrine (P.Cair.Zen. I, 59033, daté de 257 av. J.-C.). L’analyse des pépins de raisin de Plinthine permettra, pour la première fois, d’étudier sur le terrain l’impact de l’arrivée des Grecs sur le site à partir du IVe s. av. J.-C.

  • Analyse des sols

M. Crépy réalisera à l’automne une mission d’étude à l’IFAO pour analyser les prélèvements de sols effectués en mai dernier. Les analyses (pH, conductivité électrique sur solution aqueuse, perte au feu pour les dosages de matière organique et de carbonates de calcium, analyse élémentaire par fluorescence X) permettront d’étudier les caractéristiques physico-chimiques des sols de Plinthine et Taposiris.

  • Prospections géophysiques

Lors de la campagne 2019, des prospections géophysiques seront réalisées entre le kôm de Plinthine, la nécropole et le lac. Outre des données sur l’occupation du territoire de la ville, la carte géophysique permettra d’informer les autorités et les habitants actuels de la présence de vestiges en danger.

  • Modélisation 3D de nos travaux

Au terme de tous ces travaux, une restitution 3D interactive de l’ensemble du site de Plinthine et de son terroir permettra de visualiser l’évolution des liens entre ville et vigne au fil du temps.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.