Les fouilles de la ville de Taposiris lors de la transition byzantino-islamique soutenues par la Fondation Max van Berchem !

Le Conseil de la Fondation Max van Berchem a décidé en 2023 d’apporter son concours au projet présenté par l’équipe intitulé : Taposiris Magna (Égypte) : approches urbanistique et sociale d’une ville de Maréotide au tournant de la conquête arabo-musulmane.
La mission est très honorée par cette décision dont elle remercie chaleureusement le Conseil.

Son soutien nous permettra de lancer la fouille extensive d’un quartier résidentiel de la ville moyenne de Taposiris Magna, dont la phase de la transition byzantino-islamique (VIe-VIIe s.) avait été mise en évidence par les travaux que nous menons depuis plusieurs campagnes, à la fois dans la ville et dans le système portuaire. Ils montrent la prospérité de cette période mais n’expliquent guère la fin de l’occupation de la ville estimée vers le début du VIIIe siècle.

Figure 1 : Les thermes (secteur 13) en 2017 depuis le sud-ouest (IFAO/G. Pollin)

Le quartier que nous prévoyons d’explorer se développe au cœur de Taposiris, dans une zone au tissu urbain dense, traversée par un axe directeur nord-sud reliant la ville haute au pont qui donne accès à la levée est-ouest. Cette zone a subi de profondes transformations dans le courant du VIe s. avec la mise en place d’édifices publics (complexe thermal, bâtiments commerciaux secteur 13) et domestiques (secteur 12) occupés jusqu’à la fin du VIIe voire jusqu’au début du VIIIe s.

Figure 2 : Abside centrale de la résidence appelée « Palais du gouverneur » (secteur 22) depuis le sud (MFTMP/J. Le Bomin)

Jusqu’à ces dernières années (2009, 2010, 2013 à 2022), nous avions concentré nos efforts sur le complexe thermal et commercial (figure 1). Les prochaines campagnes se consacreront au quartier résidentiel (secteurs 12 et 22) situé à l’est de la voie principale et qui présente de nombreux vestiges bien conservés. C’est le cas notamment d’un bâtiment imposant, si ce n’est monumental, appelé « Palais du Gouverneur » (figure 2), et dégagé en 1975 par une équipe du Brooklyn College (New York) dirigée par le prof. E. Ochsenschlager. Les travaux s’attarderont également sur les réseaux viaire et hydraulique (figure 3) qui participent au fonctionnement de la vie du quartier ainsi que sur l’ensemble du mobilier laissé par les occupants. Ce dernier présente un matériel varié d’une demeure (maison du secteur 12) sans doute relativement aisée (vins importés, sigillées locales et du sud du pays, mortiers en pierre, bassin en marbre…) qui illustre une économie de transition avec la fin des importations de l’est de Méditerranée et le début de la régionalisation des produits (amphores locales, vaisselles culinaires et de préparations qui copient des séries à succès de Moyenne Vallée du début du VIIe siècle…).

Figure 3 : Réseau hydraulique souterrain aux abords de la maison du secteur 12 (MFTMP/M. el Amouri)

L’objectif de ce projet est d’évaluer sur une plus grande échelle le développement de la ville et son organisation durant la dernière phase florissante de Taposiris Magna qui repose sur son rôle de ville voisine (et peut-être d’étape sur la route de pèlerinage) du martyrium d’Abou Mina, de centre de contrôle fiscal et de point de rupture de charge et de redistribution des productions régionales (vin et produits en verre en particulier). Le dynamisme de la cité au tournant des périodes byzantine et arabo-musulmane (sans oublier la courte période de domination perse) et son abandon quelques décennies après la conquête offrent un terrain d’étude idéal pour mieux définir les enjeux socio-économiques régionaux de la transition entre l’Antiquité tardive et le début de l’époque médiévale.

M.-Fr. Boussac, J. Le Bomin, J. Marchand


The Board of the Max van Berchem Foundation generously granted in 2023 the project presented by the team entitled: “Taposiris Magna (Egypt): Urbanistic and social approaches to a city of Mareotis at the turn of the Arab-Muslim conquest”.

The mission is honoured by this decision and expresses its sincere thanks to the Board.

Its support will enable us to launch an extensive excavation of a residential area in the middle town of Taposiris Magna, whose Byzantine-Islamic transition phase (6th-7th century) has been highlighted by the works we have been carrying out for several campaigns, both in the town and in the harbour. They point to the city’s prosperity during this period, but hardly explain the end of its occupation, probably around the beginning of the 8th century.

Figure 4: The baths (area 13) in 2017, from the south-east (IFAO/G. Pollin)

The district we plan to explore lies at the heart of Taposiris, in an area of dense urbanization crossed by a main north-south axis that links the upper town to the bridge leading to the east-west levee. This area underwent major transformations during the 6th century, with the construction of public buildings (thermal complex, commercial buildings in sector 13) and domestic buildings (sector 12), which were occupied until the end of the 7th century and even the early 8th century.

Figure 5: Central apse of the so-called “Governor’s Palace” (area 22), from the south (MFTMP/J. Le Bomin)

Until the past few years (2009, 2010, 2013 to 2022), we had focused our investigations on the thermal and commercial complex (Figure 4). The next field campaigns will explore the residential area (sectors 12 and 22) to the east of the main road, which offers a significant number of well-preserved remains. These include an imposing, if not monumental, building known as the “Governor’s Palace” (area 22; Figure 5), which was excavated in 1975 by a team from Brooklyn College (New York) led by prof. E. Ochsenschlager. The work will also deal with the road and water networks (Figure 6) that played a part in the life of the district, as well as the furniture left behind by the occupants. The latter includes a variety of items from a dwelling (house in sector 12) that was clearly wealthy (imported wines, local and southern sigillatas, stone mortars, marble basins, etc.), illustrating an economy in transition, with the end of imports from the eastern Mediterranean and the start of the regionalisation of products (local amphorae, cookware and dishes copying successful series from the Middle Valley in the early 7th century, etc.).

Figure 6: Underground hydraulic network near the house in sector 12 (MFTMP/M. el Amouri)

The aim of this project is to assess, on a larger scale, the development of the town and its organisation during the last flourishing phase of Taposiris Magna, which was based on its role as a close neighbour (and perhaps a stopover on the pilgrimage route) to the martyrium of Abu Mina, as a centre for tax control and as a point for cargo shipment and redistribution of regional products (wine and glass products in particular). The city’s dynamism at the turn of the Byzantine and Islamic periods (not forgetting the brief period of Persian domination) and its abandonment a few decades after the conquest provide an ideal opportunity for defining the regional socio-economic issues at stake in the transition between Late Antiquity and the Early Medieval period.

M.-Fr. Boussac, J. Le Bomin, J. Marchand

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Julie Marchand (26 novembre 2023). Les fouilles de la ville de Taposiris lors de la transition byzantino-islamique soutenues par la Fondation Max van Berchem ! Mission Taposiris-Plinthine. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://taposiris.hypotheses.org/1626


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search