Les fouilles du port de Taposiris au VIIe s. soutenues par la Honor Frost Foundation !

L’étude du système portuaire de Taposiris Magna a été entreprise par la mission française (MFTMP) dès ses débuts en 1998. En croisant les données archéologiques, les études géographiques et les enquêtes paléoenvironnementales, celle-ci a mis en évidence l’aspect artificiel du complexe portuaire aménagé au IIe s. ap. J.-C. (fig. 1) en lien avec la mise en place d’un système complexe de canaux dont un segment de direction est-ouest traverse le site.

Fig. 1: Taposiris et son pont depuis le sud-ouest (MFTMP)

La mission a également démontré que le port et la ville de manière générale connaissent un développement important à la fin de la période byzantine avec la construction ou le réaménagement de nombreux bâtiments (entrepôts, thermes et édifices divers). Cet épanouissement urbain et économique de Taposiris entre le VIe et le début du VIIIe siècle tient sans doute à son rôle de point de rupture de charge et de redistribution des biens et des personnes.

Ces nouvelles données sur la transition byzantino-islamique rendent nécessaire la réalisation d’une campagne archéologique dans la partie occidentale du port, où se pressent de nombreuses installations et bâtiments dont seuls quelques-uns ont été repérés et dont la chronologie a été révisée au VIIe s. (« platform building », secteur 20. Voir rapport du BAEFE). Les prochaines investigations permettront de mieux appréhender l’évolution de la zone portuaire depuis son développement jusqu’à son abandon au début du VIIIe s. en lien avec son contexte environnemental.

 

Fig. 2: Quartier portuaire aux abords du pont romain depuis le nord, avec le « platform building » (à gauche) et le nouveau bâtiment étudié (secteur 20, à droite) (MFTMP)

L’appui généreux de la fondation Honor Frost sera consacré en 2022 à la tenue d’une campagne de fouilles extensives sur deux édifices aménagés au VIIe s. dans l’anse occidentale du port (fig. 2), et dans le quartier des thermes byzantins relié au port par la voie principale (fig. 3) pour croiser l’histoire portuaire et celle de son arrière-plan urbain. Les études environnementales seront également complétées ainsi que les études de mobilier et macro-restes végétaux et fauniques.

Fig. 3: Plan général de la ville portuaire de Taposiris avec indication des zones de fouilles prévues en 2022 (MFTMP)

Le projet, mené par Bérangère Redon et Marie-Françoise Boussac, accueille un nouvel archéologue : Lyubomir Malinov, doctorant à l’université Paul-Valery de Montpellier3.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search