Le secteur lacustre de Taposiris Magna : campagne d’étude (février 2021)

La mission d’étude de la Mission Française à Taposiris Magna-Plinthine (MFTMP) qui s’est déroulée à Alexandrie (Égypte) du 29 janvier au 3 mars 2021 avait pour objectif de traiter le matériel mis au jour lors des campagnes de fouilles dans la ville basse et portuaire de Taposiris Magna entre 1998 et 2005 ; ceci dans la perspective de la publication du port de Taposiris. Financée par la fondation Shelby White and Leon Levy Program for Archaeological Publications, cette étude s’est concentrée sur le mobilier (céramique, faune, verre, instrumentum, …) découvert dans les secteurs de fouille de l’ensemble portuaire (secteurs 1, 2, 3, 4, 8, 9) et actuellement stocké dans les dépôts archéologiques du Ministère des Antiquités (MoA) de Kôm el-Chogafa (fig. 1) et de Shalalat (Alexandrie). Elle a posé les jalons d’une étude future du mobilier trouvé en 1975 par la mission du prof. Ed. Ochsenschlager, Brooklyn College, conservé dans le dépôt archéologique de Marea.

Une vingtaine de jours (du 01-02 au 20-02-2021) ont été consacrés au traitement du mobilier entreposés au dépôt de Kôm el-Chogafa (inspecteur du MoA : Mohamed Gamal) ; une semaine a ensuite été réservée (du 21-02 au 28-02-2021) au mobilier et aux objets du « trésor » conservés à Shalalat (inspectrice du MoA : Amirah Sabah).

En parallèle, du mobilier archéo-zoologique provenant essentiellement d’un secteur lacustre (secteur 16 ; il s’agit d’os de poissons conservés dans une amphore importée d’Afrique du Nord) a été étudié par N. Morand durant une semaine au laboratoire de l’Institut Français d’Archéologie Orientale (IFAO).

fig. 1: L’équipe au travail dans le dépôt archéologique de Kôm el-Chogafa (JLB/MFTMP)

Quatre membres de l’équipe de la MFTMP ont participé à la mission :

  •  M.-Fr. Boussac, directrice de la mission de 1998 à 2017 ;
  •  J. Le Bomin, archéologue, chargé de coordonner l’étude archéologique des secteurs portuaires. Spécialiste du commerce romain et byzantin dans le monde Méditerranéen, il contribue à l’étude céramologique par son expertise des importations (surtout des amphores) découvertes dans le port de Taposiris ;
  •  J. Marchand, céramologue, chargée de coordonner l’étude du matériel, notamment céramique. Spécialiste du mobilier byzantin et du début de l’Islam en Égypte, elle travaille au sein de la mission de Taposiris depuis 2016 et y étudie des secteurs datés de l’époque ptolémaïque à byzantine tardive.
  •  N. Morand, archéozoologue, chercheur post-doc, Institut royal des Sciences naturelles de Belgique (Bruxelles), Fondation Fyssen. Sa thèse (soutenue en 2020 et en cours de publication au CEAlex) s’intitule : « approche archéozoologique de la cité d’Alexandrie de sa fondation à la fin du Moyen-Âge (IVe s. av.-XVe s. apr.) ». Ses recherches sont aujourd’hui élargies sur la Basse Égypte, notamment la Maréotide. Á partir de l’étude de la faune exhumée sur plusieurs sites de la région (Taposiris Magna, Plinthine ou encore Bahig), l’objectif est de proposer une reconstitution de l’évolution du paysage animalier (faune domestique et sauvage) et ses interactions avec les communautés humaines sur la longue durée.

Résultats des études à Kôm el-Chogafa

L’ensemble du matériel conservé à Kôm el-Chogafa a été étudié, dessiné, vectorisé et photographié (céramique, faune, verre et petits objets divers). Au-delà des secteurs de l’ensemble portuaire, les études ont été élargies à ceux de la ville moyenne (sect. 12 et 13) dans la problématique de l’impact économique des activités portuaires. L’achèvement du travail a permis de rassembler dans 60 sacs à farine (shicara), le matériel qui sera ré-enterré sur le site de Taposiris Magna, à la demande du service des Antiquités.

En parallèle, l’espace dévolu au stockage a été réorganisé de manière à permettre un accès plus aisé au mobilier des différents secteurs de fouille pour les membres de l’équipe. Au total 450 caisses ont été déplacées, nettoyées et éventuellement remplacées ; des lots par secteurs ont été regroupés (fig. 2).

fig. 2: État du dépôt en fin de mission, les caisses de matériel sont regroupées par secteurs (MFB/MFTMP)

 

Concernant l’étude du mobilier céramique, 90 planches de calques ont été effectuées, pour un total d’environ 900 dessins ; lesquels sont vectorisés. Les quelques derniers éléments de la phase ptolémaïque du secteur 1 ont été étudiés (fig. 3), la majorité ayant déjà été étudiée par C. Harlaut en 2000. Les importants niveaux de curage de la zone portuaire ont été analysés (fig. 4) pour le secteur 1.

fig. 3 : Amphores importées (Rhodes, à gauche ; Cos, à droite) et coupelle en argile du Mariout, provenant de la phase d’occupation 115 du secteur 1 (JM//MFTMP)

 

 

fig. 4 : Sélection de la vaisselle provenant du niveau 102 de curage, dans le secteur 1. Il date du IIe et IIIe siècle et comporte des amphores égyptiennes, de la vaisselle de table de facture locale, de la sigillée importée de type ES B, de la vaisselle culinaire, une gourde de transport, un baker et un vase à liquide (JM//MFTMP)

 

Dans le secteur 2 (entrepôt sur la levée artificielle est-ouest), le mobilier, bien moins nombreux qu’ailleurs, illustre une dernière phase d’utilisation d’entrepôts (fig. 5) datée après le deuxième quart du viie et du milieu du viie siècle, avec la présence d’amphores locales vinaires. C’est le terminus post quem attribué à tous les niveaux, bien que du matériel plus ancien (fig. 6) (iie – iiie siècle) est parfois présent (amphores AE 4, datées entre le deuxième quart du ier siècle et le milieu du iiie siècle ; amphores romaines AE 3…).

fig. 5 : Amphore globulaire deltaïque, plat en sigillée égyptienne, type Groupe K, et vaisselle culinaire du VIIe siècle. Secteur 2, US 26

fig. 6 : Amphores AE 4 d’époque romaine (JM/MFTMP)

 

Une caisse isolée de matériel du secteur 8 stockée à kom el Chogafa – l’essentiel se trouvant à Shalalat (l’étude archéologique est menée par V. Pichot, celle céramologique par A. Simony) – a été traitée. Alors que la majorité du mobilier est local et très mal conservé, une amphore Dressel  avec son dipinto rouge sur la panse (fig. 7) a pu être dessinée. Elle complète un fragment de col et la 2e anse, lesquels sont stockés à Shalalat.

fig. 7 : Amphore de type Dressel avec son dipinto rouge ; l’inscription fournit des détails sur la quantité et le contenu de l’amphore importée (JM et MFB/MFTMP)

 

Parmi les ensembles, douze timbres amphoriques (11 rhodiens (fig. 8) et 1 cnidien ; deuxième moitié du IIe s. – début du Ier s. avant J.-C.) viennent compléter le corpus de 98 individus trouvés dans les secteurs portuaires (secteurs 1, 3, 4) et étudiés par G. Cankardes Senol.

fig. 8 : Amphore rhodienne et son timbre, US 102, sect 1 (JM/MFTMP)

 

Un bloc architectural (fig. 9) a également été identifié parmi le mobilier lithique : il s’agit d’une base de chambranle de porte en calcaire local (calcarénite).

fig. 9 : Bloc architectural du bâtiment hellénistique du secteur 3, US 317 (JLB/MFTMP)

 

L’étude malacologique et zoologique de la faune provenant des sites de Taposiris Magna et Plinthine a été effectuée par N. Morand. Ses recherches ont pour objectif de proposer une reconstitution de l’évolution du paysage animalier (faune domestique et sauvage) et ses interactions avec les communautés humaines sur la longue durée. L’objectif principal est de réaliser la détermination des individus et alimenter les données concernant les activités de pêche, de chasse et de consommation sur l’ensemble de la période d’occupation des sites, en particulier en lien avec les activités de l’ensemble portuaire. D’autre part, il s’agit d’apporter des éléments à l’étude de l’environnement lacustre du territoire, en particulier par l’étude des espèces animales locales (fig. 10) (voir ci-dessous).

fig. 10 : Escargots, dont “Apple snails” (à droite), provenant de Taposiris, US 112 (secteur 1) (MFB/MFTMP)

 

Le matériel des secteurs 1, 2, 3, 4, 8 et 9 est dorénavant totalement étudié à Kôm el-Chogafa.

 

Résultats des études à Shalalat

Le temps imparti n’a pas permis de terminer la révision, dessin, recollage du mobilier conservé soit dans des boites en carton (qui ont été réaménagées par une commission), soit au sous-sol du dépôt. Il reste environ une semaine de travail (une douzaine de caisses de céramique et quelques objets en métal). La soixantaine d’objets (monnaies, lampes, quelques timbres amphoriques, stucs) ayant été ajoutés à l’inventaire du trésor a été inventoriée et en partie photographiée par l’équipe.

Le reste du matériel (stucs architecturaux (fig. 11), restes fauniques, tels que des coquillages) ont été étudiés.

fig. 11 : Élément de corniche en stuc. Bandeau à décor d’oves et dards surmonté d’une doucine, secteur 1, US 201 (MFB/MFTMP)

 

Au cours de la semaine de travail qui devrait se tenir pendant la campagne de terrain (juin 2021), Marie-Françoise Boussac et Julie Marchand pourront terminer l’enregistrement et l’étude du matériel restant provenant du secteur portuaire (nombreuses photographies encore à faire ; quelques caisses de céramique du secteur 3 et 1(?) caisse du secteur 1) et mettront un terme aux études de mobilier concernant les fouilles du port. L’occasion sera aussi donnée de ranger, inventorier (dans les boîtes) et repérer les objets (notamment en vue de la préparation du volume d’étude suivant qui devrait porter sur la ville byzantine (secteurs 12, 13, niveaux tardifs des secteurs 5 et 6) dont le développement a été favorisé en grande partie par le rôle de Taposiris comme porte.

 

Zooarchaeological report

An archaeozoological study of different sectors of Taposiris Magna was performed during one month in Egypt. The objective of the mission was to study the ichthyological and malacofaunal remains in order to understand the fishing activities and food practices. Different samples have yielded domestic mammal and bird bones. These faunal remains complete the data set on the diet of Roman populations. This part of the archaeozoological analysis was largely realized by M. Leguilloux in 2017 and 2018.

During this mission in 2021, 58 samples were analyzed for a total of 2587 faunal remains (NISP) (tab. 1). Several of them are particularly interesting.

tab. 1: Archaezoological samples of Taposiris Magna studied during this mission (n = number of bones)

 

The sector 1 corresponds to the port of Taposiris. The faunal remains are few. Freshwater (Melanoides sp.) and brackish/marine (Cerastoderma glaucum) mollusc shells are present showing variations in the complex aquatic environment. The upcoming study of the geomorphological samples will provide new insights into the history of Lake Mariut.

In Sector 9, a problably fishpond was excavated in the eastern pier of Taposiris Magna harbor. Fish remains are the majority (~200 remains). Some sediment samples were sievied to collect small fragments. The species identified are freshwater fish: catfish (Clariidae, Mochokidae), tilapia (Cichlidae). A few bones of birds, amphibians and shells (cockles) complete the sample set. The analysis of these remains will make it possible to say if these bones are linked to the activity of the fishpond or its abandonment.

In sector 16, a Tripolitan amphora bottom contained a large quantity of fish remains. They were collected and studied in the IFAO laboratory. The sample was sieved to 1 mm and 500 microns (µ) to collect all small skeletal fragments (fig. 12). The use of a binocular was essential to sort, identify and measure the fish bones. During this mission, about 2/3 of the sample (~1700 remains) were studied. The rest will complete the analysis during another mission the next autumn. A lot of skull bones and vertebrae were collected. These are exclusively juvenile fish of less than 12 cm in length. This sample is certainly a remnant of a fish preparation (garum, pickled fish) stored in an amphora. 

fig. 12: Steps of sieving and fish vertebrae from the Tripolitan amphora. Pictures and CAD N. Morand

 

In sector 12, some layers from a Byzantine house have yielded a lot of tilapia bones. The specimens were large and suggest the consumption of fresh fish caught in Lake Mariut. Moreover, shells of terrestrial, freshwater and marine molluscs were identified. They are few in number and reveal little information about their place in the diet of the human populations. Nevertheless, the presence of species from different environments indicates in particular an exploitation of lake and marine coastal resources.

Finally, in sector 13, most of the faunal material comes from the abandoned levels of the Byzantine baths. The animals identified are skeletons of wild species (fox, terrestrial turtle).

The study of this material from Taposiris Magna is essential especially for the study of aquatic resources exploitation during the Roman and Byzantine periods.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search