Au cœur du fouloir saïte de Plinthine

Par Paul François, architecte et ingénieur, doctorant à l’École Centrale de Nantes FR – laboratoire LS2N, et Bérangère Redon, archéologue, chargée de recherche au CNRS (UMR 5189, HiSoMA), directrice de la MFTMP

Citer ce billet : “Au cœur du fouloir saïte de Plinthine”, par Paul François et Bérangère Redon. Publié sur Mission Taposiris-Plinthine. Carnet de la mission française de Taposiris Magna et Plinthine le 27 avril 2020. Lien : https://taposiris.hypotheses.org/1272.


Un fouloir utilisé à l’époque saïte (VIIe s. av. J.-C.) a été découvert en 2016 sur le site antique de Plinthine par Bérangère Redon1. Trois campagnes de fouille ont depuis lors eu lieu, qui ont permis de le dater et d’en comprendre le fonctionnement.

Le caractère exceptionnel de la découverte du fouloir de Plinthine, de même que son bon état de conservation se prêtent particulièrement bien à une tentative de restitution et ce d’autant plus que les environs immédiats du fouloir au sud ont fait l’objet d’un dégagement qui permet de mieux comprendre la relation de cet espace dans le tissu urbain local.

Le modèle présenté ici a été réalisé par Paul François, grâce à l’appui d’Arpamed, qui soutient les travaux portant sur la production de vin à Plinthine depuis 20182.

Introduction

Quelques mots sur le fouloir de Plinthine

La mission archéologique française de Taposiris Magna et Plinthine (MFTMP) explore depuis 2012 la bourgade égyptienne de Plinthine/Kôm el-Nogous.

Située entre la mer Méditerranée et le lac Maréotis, la petite ville connaît une occupation très dynamique à l’époque saïte (VIIe-début du Ve s. av. J.-C.), une période de renaissance durant laquelle le pays se réunifie et s’ouvre vers la Méditerranée.

L’activité des habitants de Plinthine est alors entièrement tournée vers la viticulture, comme le montre la découverte de milliers de pépins de raisin, d’outils pour travailler la terre, mais aussi d’un fouloir exceptionnellement bien préservé, du sol à la voûte3.

Construit en fin calcaire blanc et en briques crues, il est utilisé dans la seconde moitié du VIIe s. av. J.-C.

Le fouloir de Plinthine après son dégagement en 2016 (© MFTMP, G. Pollin, IFAO)

Parallèles

Le fouloir de Plinthine est à l’heure actuelle le seul fouloir pharaonique jamais trouvé en Égypte4 et les meilleurs parallèles pour comprendre son fonctionnement viennent de représentations sur les parois de tombes thébaines, notamment celles qui ornaient le tombeau de Nakht5.

Tombeau de Nakht, partie basse de la paroi nord-ouest, salle transversale : scène de foulage (d’après Davies 1917, pl. 26)

Les fouloirs pharaoniques, à partir du Nouvel Empire, sont le plus souvent de petits édicules, encadrés de colonnes et surmontés d’une toiture bâtie au-dessus de la cuve. Les représentations de foulage sont animées et montrent plusieurs personnages, souvent divisés en deux groupes, foulant au pied les grappes tout juste apportées des vignes et déversées dans une cuve. Des légendes accompagnent les scènes qui évoquent avec humour l’ivresse des fouleurs (due aux vapeurs du raisin foulé) ou retranscrivent des chants de pressoir. Pour ne pas glisser sur les rafles, les fouleurs s’agrippent à une barre transversale, à des cordes ou, plus rarement, à leurs voisins. Parfois, des personnages donnent le rythme (en entrechoquant des bâtons entre eux) pour assurer la bonne marche du foulage.

Création du modèle

Méthodologie

Les relevés photogrammétriques effectués lors des saisons 2018 par Matthieu Vanpeene (pour le fouloir proprement dit) et 2019 par Paul François (pour les espaces au sud de la porte du fouloir) ont servi de base au travail de restitution d’autant que les élévations des murs sont conservées sur plusieurs mètres ce qui a grandement facilité le positionnement des éléments architecturaux (murs, portes, voûtes, etc.).

Les photogrammétries ont été exportées sous la forme de modèles maillés et texturés depuis Agisoft Metashape. Le nombre de polygones a ensuite été décimé afin de permettre un affichage fluide mais suffisamment précis pour en faire un outil de travail fiable. Cette décimation a permis la visite virtuelle des vestiges du fouloir ex-situ en utilisant un casque de réalité virtuelle : loin de remplacer l’expérience sur site, cette visite permet de profiter au maximum de l’intérêt d’un modèle photogrammétrique 3D lors de la restitution.

L’ensemble de la modélisation volumique a été effectué sur 3DS Max en prenant appui sur le relevé photogrammétrique. Le rendu des textures et lumières, importantes pour la compréhension des usages, a été réalisé grâce au moteur de rendu VRay, qui offre des outils d’éclairage physiquement réalistes.

Considérations architecturales

Le fouloir lui-même, pièce oblongue couverte d’une voûte en berceau, ne présente pas ou peu de difficultés de restitution, les départs de voûte étant conservés et les deux cuves encore en place. L’accès par le sud est également bien préservé et l’on peut restituer sans peine la porte logée dans la crapaudine encore en place. Le linteau de cette porte a été restitué comme plusieurs branches de diamètre moyen, accolées, puisqu’aucun indice archéologique ne laisse penser qu’une solution plus noble aurait été utilisée pour ce bâtiment utilitaire6. Les murs extérieurs étaient recouverts d’un enduit de terre, tandis qu’un enduit de chaux blanc est attesté à l’intérieur du fouloir ; les textures et couleurs de ces enduits ont été récupérées depuis la photogrammétrie. Nous avons insisté visuellement sur la variabilité, d’éventuelles reprises ou infiltrations et l’usure qui caractérisent ce type de matériau.

L’étude de l’usage de cet espace nous a conduit à restituer deux poutres dégrossies, perpendiculairement à l’axe de la pièce et au-dessus du fouloir proprement dit. En effet, les représentations égyptiennes (par exemple dans la tombe de Nakht) montrent systématiquement les ouvriers s’accrochant à des poutres ou à des cordes nouées autour des poutres. Nous avons retenu la seconde solution, compte tenue de la hauteur supposée de l’encastrement des supports dans la voûte.

Rapidement, la simulation photoréaliste a montré le manque de lumière à l’intérieur de cet espace couvert et pour lequel aucune fenêtre n’est attestée. Nous avons fait le choix de ménager dans la voûte trois oculi (sous la forme de col d’amphores cassées), solution attestée par ailleurs, mais qui relève ici de l’hypothèse. Elle permet en outre d’assurer une ventilation et éviter ainsi l’accumulation de vapeurs d’alcool lors du foulage.

Mobilier céramique

Malgré les oculi, la lumière reste insuffisante dans cet espace pour pouvoir travailler de manière efficace, et ce d’autant plus que les surfaces humides du fouloir devaient être particulièrement glissantes et dangereuses dans le noir. Des dispositifs d’éclairage artificiels ont donc été restitués, sous la forme de plusieurs lampes dont le type est attesté à Plinthine ou dans la région à l’époque saïte : de simples coupelles, des coupelles pincées, et une forme attestée localement7.

Le foulage du raisin implique de remplir les amphores vinaires avec le jus de raisin, opération qui prenait place dans le fouloir. On transvasait depuis la cuve de recette le jus vers les amphores. Aucune jarre saïte identifiée avec assurance comme une jarre à vin n’ayant été retrouvée sur le site, le choix s’est porté sur les modèles du Nouvel Empire tels que représentés dans la tombe de Nakht. Le transfert du liquide depuis la recette vers les amphores devait se faire avec un récipient plus petit et maniable, dont on a retrouvé plusieurs exemplaires dans et aux alentours du fouloir saïte.

Deux vases mis au jour près du fouloir de Plinthine (© MFTMP, G.Pollin, IFAO)

Intérêt du modèle 3D

Outre les qualités évidentes, esthétiques et évocatrices, de la reconstitution du fouloir, le modèle 3D du fouloir saïte de Plinthine a aussi l’avantage d’avoir conduit les archéologues à se poser des questions qu’ils n’auraient peut-être pas abordées ou qu’ils auraient envisagées autrement.

La question de la lumière a été la première à laquelle les archéologues ont dû réfléchir. Des propositions ont été faites pour qu’un minimum de luminosité soit apporté à la pièce, à la fois structurelles (oculi percés dans la voûte) et matérielles (usage de lampes). Mais il est évident que la pièce a toujours un aspect très sombre qui pourrait paraître déroutant. Gageons que les conditions de travail des fouleurs n’étaient pas la priorité des producteurs de vin de Plinthine. Il est vrai aussi que les perceptions des populations sur leur environnement de vie et de travail sont évidemment relatives et difficiles à évaluer avec des critères modernes8.

Plus intéressant, cela souligne aussi le caractère original du fouloir de Plinthine, construit au sein d’un édifice et dans une pièce fermée, alors que les scènes figurées dans les tombes égyptiennes représentent la plupart du temps un fouloir situé au plus près des vignes, et ouvert vers l’extérieur9. Cela dit, il n’est pas non plus étonnant que le fouloir de Plinthine ait été couvert : les pressoirs gréco-romains l’étaient systématiquement pour éviter d’accélérer trop la fermentation. Les pressoirs égyptiens anciens devaient l’être également, au moins au moyen de couvertures mobiles, nattes ou draps.

Le fait que le fouloir soit situé dans une pièce pose aussi des questions sur l’atmosphère qu’il y devait régner lors des vendanges. Le foulage entraînait en effet le début du processus de fermentation et l’exhalaison de vapeurs alcoolisées10. La pièce devait donc être aérée régulièrement, peut-être par une circulation de l’air en partie haute dont on n’a pas trouvé trace et qui n’a pas été restituée faute de parallèles.

Enfin, des questions concernant la circulation au sein de l’édifice de Plinthine ont émergé. Le fouloir n’est que l’une des pièces de l’édifice en cours d’exploration, qui comprend aussi une maison d’habitation construite directement à l’ouest, avec un niveau de circulation situé à plus de 3 m au-dessus de celui du fouloir. Pour accéder au fouloir (au moins dans la deuxième phase de son existence), il fallait emprunter un escalier d’une dizaine de marches depuis le niveau de la maison, avant d’atteindre une cour qui desservait le fouloir.

Tombeau de Pétosiris, scène du foulage, vue d’ensemble et détail du transvasement du moût dans les jarres (© Ifao, J.-Fr. Gout).

Sur les représentations figurées égyptiennes, par exemple celles qui ornaient le tombeau de Pétosiris aménagé au début de l’époque hellénistique dans la nécropole de Touna el-Gebel11, les vendangeurs – après avoir coupé les grappes – les transportent dans des paniers juchés sur leur dos ou leur tête jusqu’au fouloir, où ils les déversent directement dans la cuve de foulage. À Plinthine, la noria des porteurs chargés des lourds paniers pleins de raisin, et venus des vignes qui devaient se situer non loin du village, devait donc, pour atteindre le fouloir, tout d’abord descendre un escalier avant de franchir la porte du fouloir, relativement étroite, pour enfin déposer les paniers dans la pièce ou les transvaser directement dans la cuve de foulage. Celle-ci est assez haute et n’était pas accessible par une volée de marches, contrairement à ce qui figure sur les parois des tombes égyptiennes. Pour y accéder, il fallait se hisser dans la cuve haute en prenant appui sur la cuve basse, à moins qu’une échelle de bois n’ait été disposée contre la cuve haute, comme proposé dans la restitution12. Les porteurs ne pouvaient donc pas directement déverser les grappes dans la cuve. Pour ce faire, les fouleurs devaient sans doute les aider, à moins qu’un préposé, juché sur le bord de la cuve haute, n’ait été chargé de vider les paniers que les porteurs apportaient au pied de la cuve.

Environ 400 litres, soit près d’une demi-tonne de raisin, pouvaient être foulés par tour de presse dans le fouloir saïte de Plinthine 13. La quantité importante de raisin apportée au fouloir nécessite qu’une réflexion soit désormais lancée sur la circulation des grappes entre les vignes et le fouloir, et leur éventuel stockage intermédiaire. Dans le sens inverse, les jarres de stockage, une fois remplies, devaient elles aussi être entreposées plusieurs mois ou années, avant leur transport vers les lieux de consommation.

C’est donc à l’échelle du quartier, voire plus largement du village de Plinthine, qu’il faut désormais raisonner sur les circulations des hommes et des produits (grappes et jarres). La modélisation de la totalité du site de Plinthine est du reste prévue, qui facilitera assurément ces réflexions.


Pour en savoir plus sur le vin en Égypte :

  • N. Baum, Arbres et arbustes d’Égypte ancienne, OLA 31, 1988.
  • D. Dzierzbicka, ΟΙΝΟΣ, Production and Import of Wine in Graeco-Roman Egypt, JJP Supplement 31, Varsovie, 2018.
  • A. Lerstrup, « The Making of Wine in Egypt », GM 129, 1992, p. 61-82.
  • D. Meeks, « Oléiculture et viticulture dans l’Égypte pharaonique », BCH-Suppl. 26, 1993, p. 3-38.
  • J. Quaegebeur, « Les rois saïtes amateurs de vin », Ancient Society 21, 1990, p. 241-271.
  • B. Redon, « An Egyptian grand cru: wine production at Plinthine », Egyptian Archaeology 55, 2019, p. 28-33.
  • B. Redon, M. Vanpeene, avec M. Pesenti, « « La vigne a été inventée dans la ville égyptienne de Plinthine ». À propos de la découverte d’un fouloir saïte à Kôm el-Nogous (Maréotide)», BIFAO 116, 2017, p. 303-323.
  • M. Rodziewicz, « Classification of wineries from Mareotis », BCH-Suppl. 33, 1998, p. 27-36.
  • P. Tallet, Le vin en Égypte à l’époque pharaonique, thèse de doctorat inédite, université Paris-Sorbonne, 1998.

  1. La fouille est conduite avec Matthieu Vanpeene et Louis Dautais. Le mobilier céramique est étudié par Mikaël Pesenti et Clementina Caputo. []
  2. Nous remercions aussi le laboratoire LS2N, l’École Centrale de Nantes et le RFI-OIC pour avoir mis à disposition de la mission le matériel nécessaire à l’ensemble de ce processus, ainsi que l’IFAO, la commission des fouilles du MEAE et le laboratoire HiSoMA, pour leur soutien de nos travaux de terrain []
  3. Ce fouloir a fait l’objet d’un premier article en 2016 : voir B. Redon, M. Vanpeene, avec M. Pesenti, « « La vigne a été inventée dans la ville égyptienne de Plinthine ». À propos de la découverte d’un fouloir saïte à Kôm el-Nogous (Maréotide)», BIFAO 116, 2017, p. 303-323. Des rapports annuels sont publiés dans le supplément du BIFAO. Ils sont téléchargeables sur ce site. []
  4. À l’exception d’une installation très mal préservée à Tell el-Dab’a dont l’identification n’est du reste pas assurée : M. Bietak, « Ein altägyptischer Weingarten in einem Tempelbezirk. Tell el-Dab’a (Avaris). 1985 », Anzeiger der Österreichischen Akademie d. Wissenschaften 122, 1985, p. 267-278. []
  5. Ce tombeau, appelé TT52, date du Nouvel Empire. La représentation des opérations de foulage, située en partie basse de la paroi nord-ouest, dans la salle transversale, est publiée par N. de G. Davies, The Tomb of Nakht at Thebes, New York, 1917, fig. 26 et Abd. G. Shedid, The tomb of Nakht: The art and history of an eighteenth dynasty official’s tomb at Western Thebes, Mayence, 1995 []
  6. Matthieu Vanpeene, architecte de la mission, a été d’un précieux secours concernant les détails constructifs de l’architecture vernaculaire égyptienne et nous l’en remercions. []
  7. Les suggestions, dessins et photographies ayant servi pour ces objets ont été fournis par Julie Marchand. []
  8. Peu de travaux portent sur la perception de la luminosité/obscurité par les Anciens. Citons malgré tout la thèse non publiée de Megan E. Strong, Illuminating the path of darkness: social and sacred power of artificial light in Pharaonic Period Egypt, soutenue à Cambridge en 2018, que nous n’avons pu consulter. []
  9. Voir les nombreuses descriptions réunies par P. Tallet dans sa thèse, Le vin en Égypte à l’époque pharaonique, thèse de doctorat inédite, université Paris-Sorbonne, 1998. []
  10. P. Tallet, Le vin en Égypte à l’époque pharaonique, thèse de doctorat inédite, université Paris-Sorbonne, 1998, p. 436. Sur ces processus, dans le monde grec, voir aussi Th. Boulay, « Les techniques vinicoles grecques, des vendanges aux Anthestéries : nouvelles perspectives », DHA Suppl. 7, 1995, p. 95-115 []
  11. N. Cherpion, J-Fr. Gout, J.-P. Cortegianni, Le Tombeau de Pétosiris à Touna el-Gebel : Relevé photographique, BiGen 27, 2007. []
  12. Cette option a été privilégiée car il a été noté que la cuve de la recette était décalée vers l’ouest comme pour ménager un espace de passage à l’est. []
  13. Estimations très préliminaires, réalisées avec l’aide de Th. Debize (doctorant ArAr, Univ. Lyon 2), que nous remercions. Ces chiffres seront affinés grâce aux travaux réalisés par les archéobotanistes de la mission, Charlène Bouchaud, Menna el-Dorry et Clémence Pagnoux, sur les cépages antiques cultivés à Plinthine. Il sera peut-être possible de travailler sur les rendements antiques, même si les difficultés sont nombreuses. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search