Sur l’usage du modèle 3D à Plinthine

[English version below]

La MFTMP fait usage depuis plusieurs années de la technique de la photogrammétrie, qui permet de produire des orthophotographies d’objets ou des secteurs archéologiques en cours de fouille.

En 2019, la mission a cherché à utiliser tout le potentiel de ce procédé en conservant et exploitant les modèles 3D qu’il produit. Dès lors, il ne s’agit plus seulement de l’utiliser pour la production de plans ou d’illustrations en deux dimensions, mais d’exploiter les possibilités qu’offrent un jumeau numérique d’un objet réel.

Certains de ces potentiels sont illustrés par un objet particulier découvert cette année.

Il s’agit d’un buste féminin (PO 690) réalisé en calcaire local, mis au jour dans le secteur 7 de Plinthine par Claire Somaglino et Sylvain Dhennin. Le buste n’a visiblement pas été achevé, comme le montre la pierre laissée en réserve sur le front pour sculpter l’uræus. La pierre était de mauvaise qualité, et les conditions de préservation n’ont sans doute fait qu’empirer le nombre de cavités qui apparaissent sur le visage de la reine ou de la déesse. Selon les archéologues, il s’agirait d’une statue tardive étant donné le format adopté (buste).

Non seulement le modèle 3D de haute précision permet l’étude ex-situ de cette œuvre, mais il permettra également de proposer une restitution virtuelle de l’état de ce buste avant les dégradations de la pierre, grâce aux technologies de sculpture virtuelle.

Modèle tridimensionnel d’un buste féminin découvert dans le secteur 7 de Plinthine
(© P. François, MFTMP)

Le relevé photogrammétrique, le maillage et la texture de ce modèle ont été réalisés par Paul François, architecte et ingénieur, dont la participation a été rendue possible grâce au fonds Arpamed, qui soutient nos recherches sur la viticulture antique.

En effet, outre leur intérêt immédiat, de représentation et de médiation, les modèles 3D des vestiges de Plinthine constituent une bonne ressource pour les futures reconstructions numériques des vestiges liés à la viticulture et du terroir de Plinthine, qui sont l’objectif principal des travaux de Paul François. Il réalise actuellement, au sein du Laboratoire des Sciences du Numérique de Nantes, une thèse sur l’usage des dispositifs de réalité virtuelle en immersion pour la recherche archéologique et historique.


On the use of the 3D model at Plinthine

For several years, the MFTMP has been using the technique of photogrammetry, which makes it possible to produce orthophotographs of objects or archaeological areas.

In 2019, the mission sought to use the full potential of this process by conserving and exploiting the 3D models it produces. As a result, it is no longer just a question of using it to produce plans or two-dimensional illustrations, but of exploiting the possibilities offered by a digital twin.

Some of these potentials are illustrated by a particular artefact discovered this year.

This is a female bust (PO 690) made of local limestone, discovered in Sector 7 of Plinthine by Claire Somaglino and Sylvain Dhennin. The bust has obviously not been finished, as shown by the stone left in reserve on the forehead to carve the uraeus. The stone was of poor quality, and the preservation conditions probably only worsened the number of cavities that appear on the queen’s or goddess’ face. According to archaeologists, it would be a late statue given the format adopted (bust).

Not only does the high-precision 3D model allow the ex-situ study of this object, but it will also make it possible to propose a virtual restitution of the state of the bust before the deterioration of the stone, thanks to virtual sculpture technologies.

Three-dimensional model of a female bust discovered in Plinthine, sector 7 (© P. François, MFTMP)

The photogrammetric survey, mesh and texture of this model were carried out by Paul François, architect and engineer, whose participation was made possible thanks to the Arpamed fund, which supports our research on ancient viticulture.

Indeed, in addition to their immediate interest, of representation and mediation, the 3D models of the ruins of Plinthine constitute a good resource for future digital reconstructions of the remains related to viticulture and the soil of Plinthine, which are the main objective of Paul François’ work. He is currently preparing a PhD thesis, at the Laboratoire des Sciences du Numérique de Nantes, on the use of full-immersion virtual reality devices for archaeological and historical research.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search