Rapport de la campagne 2018

La campagne de terrain de la Mission française de Taposiris Magna et Plinthine s’est déroulée du 14 avril au 15 mai 2018.

L’équipe était composée de:

  • Bérangère Redon, CNRS, archéologue et directrice de la mission ;
  • Marie-Françoise Boussac, université de Paris Nanterre, historienne et ancienne directrice de la mission ;
  • Maël Crépy, post-doc CNRS, géographe et géomorphologue ;
  • Louis Dautais, université de Montpellier, étudiant en archéologie et égyptologie ;
  • Joachim Le Bomin, doctorant à l’université de Paris 1, archéologue ;
  • Martine Leguilloux, Centre archéologique du Var, archéozoologue ;
  • Julie Marchand, post-doc au CNRS, céramologue ;
  • Séverine Marchi, CNRS, équipe Mondes Pharaoniques, archéologue ;
  • Mikael Pesenti, docteur de l’université d’Aix-Marseille, céramologue ;
  • Gaël Pollin, IFAO, photographe ;
  • Alexandre Rabot, université de Lyon 2, spécialiste de SIG ;
  • Rim Saleh, université de Lyon 2, étudiant en archéologie ;
  • Yahya El-Shahat, université du Fayoum, céramologue ;
  • Claire Somaglino, université de Paris Sorbonne, archéologue et égyptologue ;
  • Matthieu Vanpeene, doctorant à l’IFAO-EPHE, architecte.

Nous étions aussi accompagnés de 16 ouvriers venus de Gourna, en Haute Égypte, d’une trentaine d’ouvriers locaux et de quatre inspecteurs du Ministère des antiquités égyptien, Mohamed Ahmed Khalil Abdelaziz, Mahmoud Ahmed Mahmoud, Islam Hussein et Wael Yousri Mohamed el-Tawfi, que nous remercions.

L’équipe de Taposiris Magna et Plinthine, avril 2018 © G. Pollin/Ifao

Comme chaque année, la mission était soutenue par l’Ifao, le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères , et les laboratoires HiSoMA, ArScAn et Orient & Méditerranée (Mondes Pharaoniques). Nous avons, en plus, bénéficié d’un mécénat de la fondation Arpamed sur le dossier particulier de la viticulture dans la région du Mariout, de l’époque pharaonique à l’Antiquité tardive. Qu’ils soient tous remerciés de ce précieux soutien !


Travail à Kôm el-Nogous et Plinthine

  • Secteur 7 (Claire Somaglino, avec Matthieu Vanpeene)

Situé au centre du kôm, ce secteur a livré les vestiges d’un très vaste édifice soigneusement construit en blocs de calcaire. Les travaux de 2018 ont permis d’étendre les dégagements. Il s’agissait de mieux comprendre et dater ce bâtiment en pierre, un probable « temple » construit entre l’époque hellénistique et romaine et abandonné au cours de l’époque romaine.

Le « temple » gréco-romain © B. Redon/MFFTP

Le sondage a permis de trouver la limite nord de cet édifice (nous savons désormais qu’il mesure 20,2 x 34,6 m) et de mettre au jour, pour la première fois, un bâtiment construit en même temps ou juste après la construction du « temple ». Il s’agit d’une citerne, elle aussi construite en partie en creusant la roche-mère. Son abandon serait à placer à l’époque ptolémaïque d’après la céramique. Malheureusement, le matériel mis au jour dans l’ensemble des sondages destinés à comprendre la chronologie du temple est très peu abondant et nous ne sommes toujours pas en mesure de le dater plus précisément. Plusieurs blocs pharaoniques (remployés dans le temple tardif) ont été mis au jour dans les niveaux de démantèlement du temple, dont des éléments architectoniques et cinq blocs inscrits (l’un mentionne le dieu Atoum).

Un bloc pharaonique remployé dans le « temple » gréco-romain © C. Somaglino/MFFTP

Hormis le temple, le secteur 7 est aussi un secteur dans lequel il est possible d’étudier les niveaux les plus anciens connus jusque-là dans le kôm (début de la TPI), au sud-est du temple. Nos travaux ont démontré qu’il n’y avait, dans la zone, aucune réoccupation entre la TPI et la construction du temple. C’est un fait très étonnant, alors que les pentes du kôm sont, elles, très densément occupées à l’époque saïto-perse, et il faudra étendre nos travaux pour expliquer ce phénomène.

  • Secteur 6 (Bérangère Redon, Louis Dautais et Matthieu Vanpeene)

Le secteur 6 est localisé au sommet de la partie est du kôm de Plinthine. On y a mis au jour, en 2016, un fouloir daté du début de la 26e dynastie qui est, à l’heure actuelle, le fouloir pharaonique le mieux préservé d’Égypte.

La campagne de 2018 était destinée à comprendre le contexte d’installation du fouloir et l’organisation interne du bâtiment dans lequel il prend place. Trois nouvelles pièces appartenant à ce complexe ont été mises au jour, dont le hall d’entrée, qui ouvre lui-même vers l’extérieur, sans doute en direction d’une rampe qui mène actuellement vers les figuiers et où devaient se trouver, dans l’Antiquité, des vignes. Nous avons aussi compris que le fouloir était contemporain d’une maison à caissons fouillée en 2017, qui avait livré un matériel très riche. Après l’abandon du fouloir, celui-ci est recouvert par un dépotoir, dont le matériel est daté de la fin de l’époque saïte. De nombreux pépins de raisin ont été mis au jour dans les prélèvements faits dans le secteur 6.

Vue du fouloir saïte depuis le hall d’entrée © B. Redon/ MFFTP
  • Secteur 8 (Séverine Marchi et Rim Saleh)

Un quartier d’habitat daté des VIIe-VIe s. av. J.-C. est exploré depuis 2016 sur les pentes sud du kôm. En 2018, le sondage de l’an passé a été très largement étendu vers le nord et l’est (pour atteindre une surface de 104 m2) afin de relier le secteur 8 avec le secteur 2 (au nord, fouillé de 2012 à 2015). Il s’agissait aussi de trouver l’extension maximale de la maison à escalier fouillée depuis 2016 dans le secteur 8 et de mieux comprendre son agencement et son histoire dans ce quartier situé sur les pentes sud du kôm. La maison a désormais été entièrement mise au jour ; ses niveaux d’abandon sont bien préservés et le matériel abondant (pesons, céramique, outils). La fouille a par ailleurs permis de mettre au jour les vestiges d’une habitation d’au moins trois pièces dont les fondations ont partiellement détruit la partie occidentale de la maison à escalier. Cette construction qui appartient à une phase d’occupation postérieure a également livré, in situ, des amphores importées ainsi que du mobilier céramique produit en Égypte.

Vue générale des niveaux d’occupation de l’habitat saïte © G. Pollin, Ifao/MFFTP
  • Secteur 10 (Louis Dautais, avec M. Vanpeene)

Pour comparer son agencement avec le fouloir saïte du secteur 6, une villa viticole (dégagée à une date indéterminée, antérieure aux années 1990) munie d’un fouloir a été redégagée durant la mission. Nos travaux ont permis de comprendre qu’elle n’avait pas été entièrement fouillée. Durant les dégagements, nous avons mis au jour de la céramique ptolémaïque, qui atteste de son utilisation durant cette période. Par ailleurs, des pépins de raisin y ont été aussi mis au jour. Ils seront analysés durant l’automne et comparés aux pépins de raisin saïtes.

Vue de la cuve du fouloir de la villa ptolémaïque © G. Pollin, Ifao/ MFFTP
  • Étude de la céramique de Plinthine/Kôm el-Nogous (Mikaël Pesenti, avec Yahya Mahmoud El-Shahat)

Au cours de la campagne 2018, la céramique de quatre zones différentes a été étudiée : secteurs 6, 7, 8 et 10. 59 contextes différents ont été analysés et plus de 300 tessons de diagnostic ont été dessinés. La céramique étudiée va de la Troisième période intermédiaire à la fin de l’époque romaine. C’est la première fois à Plinthine que nous sommes en mesure de collecter un matériel sur une aussi grande échelle chronologique. La majeure partie du mobilier est daté de l’époque saïto-perse et, comme durant les campagnes précédentes sur le kôm de Plinthine, le nombre d’importations (Grèce de l’Est et côte syro-palestinienne) au sein des assemblages est remarquable. Il faut noter cette année la découverte de matériel daté assurément de l’époque perse et du début de l’époque ptolémaïque dans le secteur 8.

Assemblage céramique provenant du secteur 8 © M. Pesenti/ MFFTP

Travail à Taposiris Magna 

  • Fouille des thermes byzantins de la ville moyenne (Joachim Le Bomin, Julie Marchand et Matthieu Vanpeene)

Cette 6e campagne avait pour but premier de dresser le plan de la dernière phase d’occupation du bâtiment (daté du milieu du VIIe siècle). Un caldarium, dont on a pu étudier système de chauffage, et les latrines des thermes ont été découvertes à l’est du complexe. C’est aussi la distribution en eau du bâtiment qui été mieux comprise cette année avec la découverte, dans la partie de service, d’une importante canalisation et de son regard. Enfin, un sondage à l’extérieur du bâtiment, côté rue, a permis de mettre au jour un portique installé lors de la dernière phase, installé sur des remblais du VIIe siècle. Cette couche homogène et archéologiquement bien scellée comporte un nombre important de céramiques locales et de produits venant d’Abou Mina, des eulogies, soit des conteneurs inscrits en grec au nom de saint Ménas.

Vue d’une canalisation tardive dans la partie de service des thermes © J. Le Bomin/ MFFTP
  • Fouille des entrepôts byzantins (Joachim Le Bomin, Julie Marchand)

Une courte opération a été conduite sur la jetée sud de Taposiris Magna. Il s’agissait de compléter le dégagement d’entrepôts byzantins, fouillés par nos soins en 2000. Deux pièces ont été fouillées ; le matériel abondant (amphores locales, amphores importées et plus de 50 monnaies de bronze) qui y a été mis au jour témoigne d’une intense activité durant l’Antiquité tardive sur le lac Mariout.

Vue des entrepôts byzantins © J. Le Bomin / MFFTP

Prospections à Taposiris, Plinthine, Kôm el-Nogous, Rahim, Gamal et Quseir (Marie-Françoise Boussac, Maël Crépy, Alexandre Rabot et Julie Marchand)

 L’étude de la partie nord de la région du Mariout le long de la taenia a été entreprise entre le 23 avril et le 6 mai par M.-Fr Boussac et M. Crépy. Elle visait plus particulièrement à comprendre le paléo-environnement de Taposiris et de Plinthine, la géomorphologie de la région, et enfin de mieux identifier les interventions anthropiques, surtout dans le port lacustre, ainsi que les systèmes utilisés pour la gestion de l’eau lors de l’occupation des sites antiques.

Vue de la jetée et du port lacustre. On remarque l’importante superposition des niveaux anthropiques étudiés par M. Crépy © M. Crépy / MFFTP

Une prospection a également été menée sur les sites de Rahim, Gamal et Quseir, trois petits sites de la concession de fouille, qui sont établis à l’est de Plinthine, sur la rive du lac Mariout. Ces établissements ont été abandonnés durant l’Antiquité tardive, d’après les observations de la céramique de surface (étude J. Marchand). L’équipe s’est en particulier intéressée à Rahim : ce petit établissement agricole présente notamment des petits bains privés identifiables par la présence de mortier hydraulique et de briques cuites.

En parallèle de ces travaux de prospection, une cartographie fine de toute la concession de fouille au moyen d’un SIG a été réalisée par A. Rabot. Les coordonnées spatiales précises des vestiges sont ainsi enregistrées dans un même ensemble et seront à termes mises en connexion avec des informations renseignant l’environnement et la géologie des sites antiques.

Étude des restes fauniques de Taposiris et de Plinthine, campagnes 2002-2017 (Martine Leguilloux)

Sur le site de Plinthine, le matériel ostéologique provient de la fouille de 4 zones (1, 2, 6 et 8) durant 4 saisons (2005, 2012, 2016 et 2017). 605 ossements ont été dénombrés, appartenant à 7 espèces animales issues de 59 contextes : moutons, chèvres, porcs, bovins, ânes, volaille, gazelles et quelques coquillages. Le matériel ostéologique le plus important vient des niveaux saïtes et plus spécifiquement des dépotoirs de cette période. Il est composé principalement d’os de deux espèces, moutons (42 %) et porcs (53 %). Les bovins, les chèvres et les volailles sont très rares.

Sur le site de Taposiris Magna, le matériel ostéologique provient de six années de fouilles (2003, 2004, 2005, 2008, 2009, 2010) des zones 3, 5, 6, 12 et 13. 1300 individus ont été enregistrés, provenant de 10 espèces animales tirés de 25 contextes différents : moutons, chèvres, porcs, bovins, ânes, volaille, dromadaires, chiens, chats, rats et quelques coquillages.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.